LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

Hubert Robert (1733-1808)

1h

par Simone Douek Réalisation Françoise Camar « Robert est un jeune artiste qui se montre pour la première fois. Il revient d'Italie, d'où il a rapporté de la facilité et de la couleur. Il a exposé un grand nombre de morceaux, entre lesquels il y en a d'excellents, quelques-uns médiocres, presque pas un mauvais. Je les distribuerai en trois classes : les tableaux, les esquisses et les dessins. » Voici rapidement présenté au salon de 1767, sous la plume de Diderot critique d'art, le peintre Hubert Robert dont la carrière se déploie dès 1765, à son retour de Rome où il a séjourné onze ans. Très vite, il est reçu à l'Académie royale de peinture et de sculpture. Puis le comte d'Angiviller, directeur des Bâtiments, qui a proposé la création d'une galerie des tableaux du roi dans la grande galerie du Louvre, suggère à ce dernier dans le même temps de confier cette tâche à Hubert Robert : le peintre obtient en 1778 la fonction de garde des tableaux du roi, ainsi qu'un logement et un atelier au Louvre. Il est aussi nommé, la même année, dessinateur des jardins du roi. Arrêté comme suspect à cause de ses liens avec la noblesse et la royauté, Hubert Robert passe une année en prison sous la Terreur, mais il n'en devient pas moins l'un des premiers conservateurs du Louvre devenu Museum national. Et il continue son activité de créateur de jardins. Il avait, comme le remarque Marcelin Pleynet, « une tête bien faite ». Le nom d'Hubert Robert évoque aussitôt les ruines, qui sont omniprésentes dans sa peinture et dans ses dessins. C'est le témoignage d'un engouement pour l'archéologie, c'est l'imprégnation inévitable du paysage de Rome, alors que jeune homme il arpentait la ville avec bonheur, c'est l'expression d'un sentiment pré-romantique qui sans doute l'habite et le fait inscrire sur sa toile les dimensions du temps et de la mémoire. Mais ce qu'on a tendance à oublier parfois, c'est sa gourmandise à croquer son époque, ses instantanés qui nous laissent aujourd'hui de véritables oeuvres-témoignages comme l'Incendie de l'Opéra, le décintrement du pont de Neuilly, l'abattage des arbres dans le parc du château de Versailles, la destruction de la Bastille ou la fête de la Fédération. Hubert Robert est le peintre de l'instant, et de la durée.

L'équipe
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......