LE DIRECT

John Webster (vers 1580-vers1630)

1h

par Florence Marguier Réalisation Isabelle Yhuel Dramaturge jacobéen, John Webster collabore avec les auteurs dramatiques de son temps (Thomas Dekker, George Chapman) avant d'écrire ses deux pièces personnelles majeures : The White Devil (Le Diable Blanc) en 1612 et The Duchess of Malfi (La Duchesse de Malfi) en 1614 publiée de son temps et jouée par la plus célèbre troupe anglaise de l'époque : The King's Men dans le petit théâtre de Blackfriars, puis au Globe à Londres. Miroir de la société et du pouvoir, le théâtre de Webster met en scène un monde gouverné par la corruption des grands, la déchéance sociale et morale de ceux qui possèdent le pouvoir. Pour le metteur en scène Stuart Seide : « il y a quelque chose du XXe siècle qui a rendu cette oeuvre plausible, c'est le manque de sentiment, de sens, parfois, de certains événements majeurs. » Webster critique en effet le pouvoir à travers le cynisme d'une langue « dure et claire », comme le souligne Claude Duneton, traducteur de La Duchesse de Malfi pour la mise en scène de la pièce en 1990 par Matthias Langhoff. Dans un monde semblable à celui des Borgia, les tragédies de Webster écrite dans l'Angleterre du XVIIe siècle soulèvent l'impossibilité de vivre ensemble dans une société où les pulsions, les désirs, les envies de mort et de sexe reflètent une monstruosité de l'esprit dont le mécanisme s'apparente à l'irrationnel et qui proclame l'Enfer du pouvoir. Ce théâtre du sang a nourri toute une génération de poètes, des gothiques anglais (Lewis) à Artaud. Si Jan Kott écrit dans les années 1980 Shakespeare, notre contemporain, ne pourrait-on pas dire aujourd'hui : « Webster notre contemporain ? »

Intervenants
L'équipe

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......