LE DIRECT
Photo du film "Imitation Game" réalisé par Morten Tyldum en 2014. Reconstitution d'une machine de Turing pour déchiffrer les messages codés émis par les machines Enigma. Alan Turing est l'un des pères de l'informatique moderne.

Cyber-corsaires contre flibustiers du net

58 min

On aime les représenter borgnes, avec un bandeau noir sur leur œil perdu, avec une jambe de bois et un perroquet sur l'épaule. La révolution numérique a fait naître un genre nouveau de pirates tout aussi redoutables, bien moins mobiles maintenant que l'information circule à la vitesse de la lumière.

Photo du film "Imitation Game" réalisé par Morten Tyldum en 2014. Reconstitution d'une machine de Turing pour déchiffrer les messages codés émis par les machines Enigma. Alan Turing est l'un des pères de l'informatique moderne.
Photo du film "Imitation Game" réalisé par Morten Tyldum en 2014. Reconstitution d'une machine de Turing pour déchiffrer les messages codés émis par les machines Enigma. Alan Turing est l'un des pères de l'informatique moderne. Crédits : Benedict Cumberbatch dans le rôle d'Alan Turing (Distributeur : Studio Canal)

Comme leurs ancêtres marins, les pirates informatiques sont otages de la fiction. Depuis le film Wargames dans les années 80 jusqu'à Hacker de Michael Mann en passant par Matrix et les séries Mr Robot ou Homeland, les hackers saturent nos écrans, à ce point qu'il est devenu difficile de les imaginer autrement que jeunes, encapuchonnés de noir, autistes et rebelles... Mais il existe un autre type de pirates, moins romantique mais bien plus réel. 

Ces pirates-là ne sont pas des surdoués géniaux et incompris travaillant la nuit dans une chambre en désordre. Ce sont des employés de bureau qui, tous les jours de la semaine, de 9h à 17h, cambriolent des boîtes mails et pénètrent des réseaux sécurisés pour le compte de clients privés et étatiques. 

Ces ateliers de l'effraction informatique sont presque tous en Inde, un pays qui dispose, sur le marché du piratage, de multiples avantages comparatifs : la main d'œuvre y est peu chère et parfaitement anglophone, et les autorités compréhensives, quand elles ne sont pas complices.

Mais si les protections étatiques assurent l'immunité, elles ne garantissent pas la discrétion. A force de travailler pour tout le monde, et parfois simultanément pour des camps adverses, certains cyber-corsaires indiens ont fini par attirer l'attention. C'est ainsi que notre invité, John Scott-Railton, chercheur en informatique au laboratoire canadien Citizen Lab, en a eu connaissance.

L'équipe

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......