LE DIRECT

Noël pour tous

5 min
À retrouver dans l'émission

Depuis le IVème siècle, la nuit du 24 au 25 décembre est l’occasion de fêter la naissance de Jésus. Nul ne niera que cette fête catholique a acquis un statut particulier. Pour devenir universelle, il lui fallait quelque chose de plus que la naissance d’un enfant juif: au 19ème siècle Victoria, reine, épouse et mère, en associant la fête à l’esprit de famille qui souffle sur toute l’Europe l’officialise. La fête réaffirme depuis les valeurs de la famille, l’innocence joyeuse de l’enfance et la chaleur humaine.

QUI DIT FÊTE DIT RITE…

Le sapin , symbole du renouveau de la vie, est un thème traditionnel païen assimilé depuis belle lurette par les chrétiens qui l’associent à la crèche tandis que le monde entier en met partout. Cette année, nous en serons privés sur le parvis de Notre-Dame pour cause d’état d’urgence. Signe des temps : André Finot, responsable de la communication de la cathédrale, a tenu à préciser que le sapin n’est pas un symbole chrétien.

Le Père Noël , lui, s’est imposé en France grâce à l’école laïque qui l’a initialement opposé de façon ostentatoire à la crèche des écoles privées chrétiennes. Bataille perdue depuis que le clergé dijonnais fin décembre 1951 a condamné et brûlé en effigie le Père Noël comme usurpateur et hérétique : qu’on l’appelle Santa Claus ou Père Noël, tous les enfants, des plus riches aux plus démunis, quelle que soit leur religion, reçoivent des cadeaux du père Noël devenu le plus grand représentant de commerce du monde. Ce mythe peuple l’imaginaire des enfants. Le Père Noël n’a ni parents, ni religion, il aime tous les enfants sans distinction mais n’aime pas qu’on se serve de lui pour les faire obéir ou les punir. Il aime aussi les adultes qui ne croient plus en lui mais consomment en son nom.

Le repas de Noël est si traditionnel et pourtant si varié que si vous me citiez un menu, je devrais être capable de vous dire de quelle région du monde ou de France vous me parlez. Je dirais juste que Charles Dickens en inventant « l’esprit de Noël » a aussi entraîné un horrible massacre de dindes.

Et puis, il y a la crèche qui met en scène les personnages de la Nativité et au gré des coutumes locales, bien d’autres éléments. Par exemple, à la Légion étrangère à Djibouti où j’ai passé Noël il y a quelques années, le très apprécié concours de crèches animées met en scène un épisode historique de la légion ET la nativité avec une invention, une ingéniosité et une émotion si intense que l’assemblée des légionnaires, tous grades confondus, ne se cache pas d’avoir la larme à l’œil à la fin de la représentation.

LE SAPIN ET LE PÈRE NOËL TOUT LEMONDE EST D’ACCORD MAIS LES CRÈCHES NE FONT PAS L’UNANIMITÉ

Depuis quelques années, les crèches sont devenues un sujet polémique donc politique quand elles sortent des églises et de 42% des maisons particulières pour s’afficher dans certaines mairies ou conseils généraux. Cette présence dans un lieu administratif républicain est-elle compatible avec la laïcité se demande gravement l’association des maires de France dans son « guide de bonne conduite laïque » ? Des plaintes ayant été déposées, les juges des cours administratives ont rendu les décisions contradictoires, les uns estimant que la crèche, symbole religieux n’avait pas sa place dans les administrations républicaines, les autres que cette « décoration traditionnelle » ne portait pas atteinte au principe de laïcité contenu dans la loi de 2005. Comme les deux positions se défendent, il est peut-être urgent de ne pas trancher contrairement à ce que demandent les maires de France. Encore faudrait-il que personne ne fasse monter la sauce : la présence éphémère d’une crèche n’imposant à quiconque une manière de penser ou de voir les choses, la fédération de la Libre Pensée de Vendée, association laïciste ou la Ligue des droits de l’Homme ne seraient pas en peine de trouver d’autres sujets plus préoccupants pour défendre la laïcité. Les maires du Front National qui associent la crèche à la culture chrétienne de la France tout en la réduisant à une manifestation « culturelle » et non « cultuelle » pour échapper à l’interdiction n’en sont plus à une contradiction près mais on ne peut les accuser de ne pas se soucier de la laïcité. Cette année, le maire d’Hayange a inauguré à son insu de son plein gré la « crèche Front National »: sous le sapin de Noël de la place du marché les passants ont eu la surprise de voir dans la crèche que le mage Balthazar venu d’Afrique apporter la myrrhe était…blanc. Une première ! Personne n’a encore, à ma connaissance accédé à la demande de Pierre Desproges exigeant qu’on habille le petit Jésus au motif (je cite) « que toute cette nudité, ça fait triquer les pédophiles ».

Restons sérieux : affronter la laïcité au quotidien provoque de part et d’autre des blessures et il vaut certainement mieux porter plainte que tuer.

On peut ne pas avoir une conception identique de la vie en société et pour autant refuser d’aller vers ce que le philosophe Michel Terestchenko appelle les « violences de l’abstraction ».

L'équipe

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......