LE DIRECT

Sauver

5 min
À retrouver dans l'émission

Le moins qu’on puisse dire, c’est que l’année 2015 ne se termine pas dans la joie. D’autant qu’elle avait mal commencé. Pourtant le 1er janvier dernier, nous n’avions pas été avares de bons vœux. Preuve que les vœux, ne sont pas des prophéties. Mais ne manquons-nous pas de recul pour apprécier si une année a été bonne ou mauvaise ? J’ai lu quelque part, et présente mes excuses à l’auteur dont j’ai oublié le nom, que l’année 1915 avait été bien pire que 2015.

Une année reste inscrite comme un repère dans la mémoire lorsque nous avons vécu un événement catastrophique, un deuil, une maladie, un accident, une rupture ou un événement heureux, une naissance, une rencontre amoureuse, une réussite professionnelle ou celle d’un enfant. Parfois, la date d’une fête privée coïncide avec un événement collectif : ceux et celles qui sont nés un 8 janvier ou un 13 novembre associeront désormais leur anniversaire aux attentats parisiens. Vu la liste des catastrophes qui se sont produites de par le monde en 2015, il est grand temps que cette année s’achève : quoi qu’il arrive en 2016, le changement d’année a pour effet de fixer les événements pour laisser le temps faire son œuvre de refoulement, de mise en perspective, voire d’oubli. En guise de bilan, je voudrais sauver l’année 2015 en vous rappelant de façon subjective et même aléatoire ce que j’en ai retenu de positif sur le moment.

La manifestation du 11 janvier à Paris et dans toute la France qui a suivi les attentats contre Charlie Hebdo et l’hyper cacher de Vincennes réunissant plusieurs millions de personnes et 44 chefs d’Etat restera comme une parenthèse enchantée après l’horreur, un sursaut national voire international, un moment de partage et d’émotion qu’aucune critique n’est parvenue sur le moment à assombrir.

L’échec du Front National à conquérir la présidence des régions ne dissout pas l’inquiétude que suscitent leurs scores mais n’en montre pas moins qu’aujourd’hui, la majorité des électeurs n’en veut pas.

On peut saluer l’issue de la COP21 scellant un accord approuvé à l’unanimité des 196 délégations pour limiter le réchauffement climatique. Tout n’est pas perdu.

Les accords de Lausanne sur le nucléaire iranien sont une bonne nouvelle pour les Iraniens qui les ont accueillis avec enthousiasme mais aussi pour le reste du monde : une menace en moins, c’est toujours ça de pris.

Le rétablissement des relations diplomatiques entre Cuba et les Etats-Unis auquel on ne croyait plus est aussi une bonne nouvelle.

On n’oubliera pas la prise de position généreuse d’Angela Merkel face à l’afflux de réfugiés, en phase avec l’opinion allemande qui ne perçoit pas les réfugiés comme une menace, les moyens financiers mis en œuvre pour organiser cet accueil et la participation de la population. Quelles que soient les restrictions et les critiques apportées par la suite, l’Allemagne a agréablement tranché avec les violences hongroises, l’hostilité britannique et les hésitations françaises.

En médecine, je n’ai pas tout suivi mais je sais que l’autotest permettant de savoir si vous êtes porteur du virus du sida, sûr à 99% si l’infection n’est pas trop récente est en vente libre en pharmacie. L’antirétroviral Truvada en traitement préventif pour ceux qui prennent des risques a prouvé son efficacité. Tout ce qui permet de diminuer le nombre de personnes infectées et de dépister et soigner celles qui ne savent pas qu’elles le sont est une bonne nouvelle.

Le Liberia et la Sierra Leone sont en principe débarrassés du virus Ebola et la Guinée a annoncé en novembre la guérison du dernier cas d’Ebola connu sur le territoire. Depuis la découverte du virus en 1976, il semble que la fin de l‘épidémie soit proche même si la prudence reste de mise.

J’ai certainement omis des événements que vous avez retenus car ils vous concernaient. Mais en 2015, n’avez-vous pas eu quelque plaisir avec des livres, des spectacles, des expositions, des films, des pièces de théâtre ? Ils n’ont pas forcément marqué une coupure dans la création au sens où l’on dit qu’il y a un avant et un après. Moi, j’ai aimé l’exposition de Niki de Saint Phalle au Grand Palais, celle d’Anselm Kiefer à la Bibliothèque Nationale le concert de Christine and the Queens à l’Olympia. J’ai lu d’excellents livres parus en 2015, Les Prépondérants d’Hédi Kaddour, Le Journal de Maurice Garçon, L’intérêt de l’enfant de Ian Mac Ewan, Les Partisans d’Aaron Appelfeld, De la Révolution en République de Mona Ozouf. J’ai vu quelques films qui m’ont plu : Imitation Game, Vice versa, James Bond, Star wars ; dans un autre genre Mustang, Fatima, Vincent n’a pas d’écaille, La Loi du marché, le magnifique film chinois de Jia Zhang-Ke Au delà des montagnes et j’en passe, j’en passe car je ne vais quand même pas vous raconter ma vie !

L’année 2015 restera enfin celle où l’on aura remercié policiers, pompiers, militaires, personnel soignant, tous ceux qui de près ou de loin, visibles ou invisibles, ont fait leur boulot en donnant le meilleur d’eux-mêmes.

Clap de fin pour 2015 et à l’année prochaine dont nul ne sait ce qu’elle nous réserve.

L'équipe

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......