LE DIRECT

The man who sold the world

5 min
À retrouver dans l'émission

David Bowie était AUSSI un homme d’affaires avisé...

<source type="image/webp" srcset="/img/_default.png"data-dejavu-srcset="https://cdn.radiofrance.fr/s3/cruiser-production/2016/01/b46a8c44-b90a-11e5-a58b-005056a87c89/838_david-bowie.webp"class="dejavu"><img src="/img/_default.png" alt="Bowie Money" class="dejavu " data-dejavu-src="https://cdn.radiofrance.fr/s3/cruiser-production/2016/01/b46a8c44-b90a-11e5-a58b-005056a87c89/838_david-bowie.jpg" width="620" height="413"/>
Bowie Money Crédits : Radio France

On connaît l’androgyne provocateur réussissant à séduire la planète Terre durant la bagatelle de quarante ans, on connaît le déjanté New-Yorkais proche de Warhol et le quasi-punk Berlinois ami d’Iggy Pop « essayant » tout et le reste, on connaît les succès populaires de « Ashes to Ashes » et « Furyo » et, bien sûr, le grand Bowie de « Changes » et de « Ziggy Stardust », mais ce Martien capable d’attendrir les fans de la scène underground comme d’enquiller les triomphes commerciaux de première grandeur aura aussi été, on le sait moins, un véritable innovateur en matière financière. C’est en effet David Bowie qui, le premier, a monté une opération consistant à émettre une obligation gagée sur ses droits d’auteurs – une pratique de titrisation à l’époque révolutionnaire et qui s’est avérée

L'équipe

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......