LE DIRECT
Le chat et l'humain, une histoire ancienne

9 000 ans de vie commune : le chat et nous

3 min
À retrouver dans l'émission

La première domestication du chat par l'humain remonte à 9000 ans. C'est que le chat aime son indépendance, mais aussi son confort. Sa capacité à chasser les souris qui menaçaient les récoltes aurait favorisé ce rapprochement.

Le chat et l'humain, une histoire ancienne
Le chat et l'humain, une histoire ancienne Crédits : Catherine DELAHAYE - Getty

Il aime son confort, il est indépendant, il peut se montrer sournois, retombe toujours sur ses pattes et nous l’adorons. Il s’agit du chat bien évidemment. 

Cela fait un moment que nos matous aiment le confort. Ils ont réussi à se faire domestiquer plusieurs millénaires avant notre ère. La plus ancienne trace connue a été découverte à Chypre, une île où les chats ont nécessairement dû être introduits par l’Homme. Une sépulture qui remonte à plus de 9000 ans, abrite un homme et un chat. 

L’animal de grande taille a une anatomie proche de celle des chats sauvages actuels du Proche Orient et les archéologues suggèrent qu’il s’agirait d’un chat apprivoisé plutôt que domestiqué. On peut imaginer que les chats "apprivoisés " de l’époque étaient appréciés pour leur aptitude à traquer les souris. Les stocks de grain du début de l’agriculture attirant les souris auraient ainsi rapproché les chats des humains. La domestication serait ainsi intervenue de manière récurrente en plusieurs endroits du Moyen Orient, partout où souris et rats menaçaient les récoltes. 

Une fécondité prolifique

Quoi qu’il en soit, le chat que vous caressez est issu du chat sauvage Felis sylvestris, ce gros matou tigré, à la queue annelée, hôte très discret de nos forêts. La suite de l’histoire se déroule en Égypte où le chat est vénéré et atteint au statut de divinité. Il incarne Bastet, la déesse de la fécondité. 

Un choix pertinent tant la chatte est prolifique. Dans de bonnes conditions, elle met bas 3 à 4 chatons deux fois par an. Elle a surtout la capacité à se trouver en chaleur alors qu’elle est encore gestante. Ce phénomène, la superfétation, permet l’emboîtement de générations de fœtus à différents stades. 

Diabolisé au Moyen Âge, adulés dès la Renaissance

Avec les romains et surtout pendant le Moyen-Âge, le chat dégringole de son statut de divinité et souffre d’une mauvaise réputation. Il est diabolisé, et pire encore lorsqu’il est noir. Ses yeux qui luisent dans l’obscurité ne sont pas sans évoquer ceux de Satan. Cette lueur soi-disant satanique provient de la structure de sa rétine qui renvoie la lumière une seconde fois vers l’intérieur de l’œil.  

À la Renaissance, il revient en grâce. Maints personnages célèbres seront entourés de chats, de Richelieu, à Colette ou Léautaud. Le chat est devenu un animal de compagnie qui n’a plus à s’en faire pour bénéficier du gîte et du couvert. Au fil de cette longue histoire commune, la domestication a conduit à sélectionner de nombreuses races de chats. 

Siamois, angoras, persans, abyssins, chartreux… certains sont étranges comme le sphynx sans poil. Les chats sont vraiment étonnants et on se penche encore sur des curiosités zoologiques comme le chat corse, dit chat-renard du fait de sa couleur rousse, qui pourrait tenir en partie de la sous espèce africaine Felis sylvestris lybica

Et puis, les chats s’humanisent tel le chat Potté qui accompagne le brave ogre Shrek, ou le chat philosophe de comptoir du dessinateur Philippe Geluck, adepte du Muscadet. Mais, finalement, le plus sympathique restera sans doute celui de gouttière. 

L'équipe
Production
Réalisation
Avec la collaboration de

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......