LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Des lombrics au boulot, favorisant l'aération et le drainage du sol, améliorant sa disponibilité en nutriments... Merci les copains.

Charles Darwin et le vermisseau

3 min
À retrouver dans l'émission

Les services rendus aux hommes par les lombrics illustrent parfaitement l’idée d’écosystème. Des vers, non contents de jouer les instruments agricoles, pourraient avoir aidé les archéologues.

Des lombrics au boulot, favorisant l'aération et le drainage du sol, améliorant sa disponibilité en nutriments... Merci les copains.
Des lombrics au boulot, favorisant l'aération et le drainage du sol, améliorant sa disponibilité en nutriments... Merci les copains. Crédits : Capelle.r - Getty

Charles Darwin, l’un des plus grands scientifiques de son époque, était curieux de tout, y compris d’espèces très modestes. Cette curiosité le poussa à porter son regard sur les vers de terre et il publia en 1881 un ouvrage intitulé La Formation de la terre végétale par l'action des vers de terre, avec des observations sur leurs habitudes. Ce sera son dernier livre. 

Le lombric, ou ver de terre commun, Lumbricus terrestris, est un annélide de 9 à 30 centimètres de long et de près d’un centimètre de large. Son corps cylindrique et annelé compte entre 100 à 180 segments. L’espèce est hermaphrodite : chaque individu présente à la fois les organes reproducteurs mâle et femelle. Prolifique, il donne naissance à près de 400 petits par an. Sa biomasse atteint 1 à 3 tonnes par hectare dans les prairies tempérées et jusqu’à 50 dans un pâturage. 

Aujourd’hui, on connait les « services écosystémiques » rendus par les vers de terre. Ils recyclent de matière organique en décomposition, car leur tube digestif est capable de dégrader la lignine et la cellulose des plantes. Ce faisant, ils restituent pour d’autres espèces des composés organiques simples et digestes. Les excréments qu’ils rejettent en petits tortillons, les terricules, témoignent de leur activité de brassage du sol. Dans les zones tempérées, les terricules représentent en moyenne 300 tonnes par hectare. Darwin lui-même évoque le « labour lombricien ». 

« La charrue est une des plus anciennes et des plus utiles inventions de l'homme ; mais bien avant qu'elle existe, la terre était en fait régulièrement labourée et continue toujours de l'être par les vers de terre. » 

Ce phénomène, mesuré précisément par Charles Darwin, explique pourquoi les objets posés au sol finissent par s’y enfoncer. Redonnons-lui la parole. « Les archéologues ne savent probablement pas dans quelle mesure ils devraient être reconnaissants aux vers pour la préservation de beaucoup d'objets antiques ». Les ennemis du ver de terre sont la taupe, la musaraigne, le blaireau, le renard, la couleuvre, plusieurs espèces d’oiseaux et d’amphibiens, et puis les pesticides. Mais plus récemment, de nouveaux ennemis sont arrivés. 

Il faut sauver le soldat ver 

Des vers plats invasifs originaires de Nouvelle Zélande qui se nourrissent presque exclusivement de vers de terre. Arrivés avec des plantes importées, ils se sont largement répandus en Angleterre. En France, plus de 60 départements sont touchés.

Le Muséum national d’Histoire naturelle a lancé un dispositif de science participative pour que les citoyens qui trouvent ces vers plats dans leur jardin puissent le signaler. Ce réseau de surveillance a découvert en 2013 un nouvel envahisseur, dont le nom de genre est… Obama

On savait les taxonomistes facétieux… mais ce nom n’a pas de rapport avec l’ex-président américain. Il est, en effet, formé de deux mots de la langue tupinamba : oba (feuille) et ma (animal) car le corps de l’animal est plat comme une feuille. Mais comme ce nom de genre a été forgé en 2013, à l’époque où Barack gouvernait les États-Unis, je soupçonne les taxinomistes d’être un peu hypocrites en plus d’être facétieux.

L'équipe
Production
Réalisation
Avec la collaboration de
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......