LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
C'est grâce au vent que le pissenlit dissémine ses graines et étend son domaine. N'oubliez pas d'y penser la prochaine fois que vous soufflez sur ses akènes.

Du vent dans les akènes

3 min
À retrouver dans l'émission

Le pissenlit est anémophile : il aime le vent qui lui permet de disséminer ses graines. Ses racines s'enfoncent très profondément dans le sol. Et il a des propriétés diurétiques. Résultat : c'est une belle source de métaphores et d'expressions imagées.

C'est grâce au vent que le pissenlit dissémine ses graines et étend son domaine. N'oubliez pas d'y penser la prochaine fois que vous soufflez sur ses akènes.
C'est grâce au vent que le pissenlit dissémine ses graines et étend son domaine. N'oubliez pas d'y penser la prochaine fois que vous soufflez sur ses akènes. Crédits : Georg Ivan - Getty

Quel enfant, avril venu, n'a pas soufflé sur une boule duveteuse, regardant émerveillé de petites plumes blanches s'envoler ? Qui ne connaît pas l'image, sur le plus célèbre des dictionnaires, de cette femme soufflant sur ce qui semble être une fleur, avec pour devise « je sème à tous vents » ? 

Vous avez évidemment compris que nous allons parler du pissenlit. Mais quelle est cette femme ? Quelle est cette fleur ? Que sème-t-on ? 

Commençons par le dictionnaire. Le symbole est né dans le Gers, dans la maison de Claude Augé, instituteur passionné de pédagogie et de musique qui avait épousé la petite nièce de la femme de Pierre Larousse. Il rejoint l’entreprise Larousse comme comptable, avant d'en devenir chef de la rédaction. Il lance en 1905 le Petit Larousse illustré, avec cet emblème dessiné par le peintre Eugène Grasset qui avait pris pour modèle l'épouse de Claude Augé. 

La métaphore est celle de la dissémination de l’instruction et de la culture. Par cette image, Claude Augé souhaitait toucher le jeune public en évoquant les joies de plein air au printemps. Passons à la fleur. D'abord, botaniquement parlant, ce n’est pas une fleur. Ce sont des akènes disposés en sphère. Les akènes sont les fruits secs de la plante, chacun abritant une graine. 

Les akènes des pissenlits portent une aigrette de poils qui donnent prise au vent. Le pissenlit dissémine ainsi ses graines et étend son domaine. On dit que la plante est anémophile, qu'elle aime le vent. 

Au passage, la jolie « fleur » jaune qui s'épanouit avant de se transformer en akènes, n'est pas une fleur non plus. Il s'agit d'une inflorescence, c'est à dire d'un regroupement très dense de fleurs minuscules. Prenez une loupe, vous verrez ! Quant à la plante, le pissenlit lui-même, Taraxacum officinale, elle appartient à la famille des astéracées. 

Cette plante aux propriétés diurétiques est très consommée depuis le XVIe siècle. Ses feuilles riches en bêta-carotènes et vitamine C se mangent en salade, excellentes avec des lardons. Les racines du pissenlit se mangent également, crues, bouillies ou même torréfiées. 

Aussi associé à la mort et à l'urine 

Le pissenlit est associé à d’autres symboles moins nobles que la dissémination de la culture. L’origine du nom provient de « pisse-au-lit », allusion fleurie aux propriétés diurétiques de cette plante. L’autre nom donné au pissenlit est « dent de lion », en référence à la forme de ses feuilles, et qui a donné son appellation anglaise « dandelion ». 

On l’appelle aussi « salade de taupe », référence amusante à la profondeur de ses racines. Car les racines de cette plante pénètrent très profondément dans le sol, d’où l’expression argotique « Manger les pissenlits par la racine », qui signifie être mort et enterré. Cette expression fut reprise comme titre d‘un film par Georges Lautner, sorti en 1964, et qui, comble du hasard, montre Francis Blanche dans le rôle d’un professeur du Muséum national d’Histoire naturelle au beau milieu de l’ancienne galerie de Zoologie ! 

Du petit Larousse au Muséum en passant par le pissenlit, voilà une belle dissémination ! 

L'équipe
Production
Réalisation
Avec la collaboration de
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......