LE DIRECT
Le furet est sur la 3e marche des animaux de compagnie les plus appréciés

Furet ou putois ?

3 min
À retrouver dans l'émission

Le furet est une sous-espèce albinos du putois sauvage et contrairement à ce dernier, il est exclusivement domestique. "Mustela putorius furo" est un animal de compagnie depuis le 19e siècle et se place aujourd'hui sur la 3e marche du podium des animaux les plus appréciés.

Le furet est sur la 3e marche des animaux de compagnie les plus appréciés
Le furet est sur la 3e marche des animaux de compagnie les plus appréciés Crédits : Patricia Doyle - Getty

Il court, il court le furet,

Le furet du bois mesdames.

Il court, il court le furet…

Nous connaissons tous. Nous imaginons ce petit animal vif et malicieux qui court avec vivacité entre les arbres de la forêt. Mais quittons la chansonnette et rapprochons-nous de la bête. Le furet est un mustélidé, une famille qui compte aussi les belettes, fouines, martes ou visons. Contrairement à ce que pourrait laisser entendre la chanson, le furet est un animal exclusivement domestique, sa forme sauvage étant le putois.

Les putois, Mustela putorius putorius, ont été domestiqués voici plus de 2500 ans en Afrique du Nord avant de rejoindre l’Europe via l’Espagne. À l’origine les furets étaient utilisés pour la chasse car, de forme élancée et de petite taille, ils pouvaient se glisser dans les terriers. Dans son Histoire naturelle, Buffon explique que lors de la chasse au lapin, il convient de museler le furet. Sans quoi celui-ci saigne le lapin puis s’endort au fond du terrier. Les furets sont également très efficaces pour traquer rats et souris. À tel point que les marins embarquaient des furets capables de se faufiler dans les moindres recoins d’un navire et d’y chasser les rats.

Au fil du temps, la variété albinos a été privilégiée et notre putois est devenu un furet, Mustela putorius furo, sous-espèce du putois sauvage. Il en a gardé le nom d’espèce qui fait référence à son odeur un peu forte. Quant à son petit nom de sous-espèce, il évoque le chapardeur qu’il peut être.

Un animal de compagnie très apprécié depuis le 19e siècle

À partir du 19e siècle et surtout depuis la seconde partie du 20e, le furet est devenu un animal de compagnie, désormais installé sur la troisième marche du podium des animaux les plus appréciés. Il s’agit le plus souvent de furets putoisés au pelage coloré de beige, de brun, ou de gris. Il faut reconnaître qu’il est mignon. Social, très joueur, il a un besoin de contact avec son maître ce qui le rend attachant, d’autant qu’il est sensible aux récompenses mais pas aux punitions.

Il jouit d’une excellente vision nocturne, mais est vite ébloui par une lumière trop vive. Pas trop contraignant si l’on sait que le furet est un dormeur qui a besoin de ses 14 heures de sommeil. La souplesse du furet et la facilité avec laquelle il se glisse dans des orifices étroits ont inspiré les plombiers qui nomment "furet" la longue tige souple servant à déboucher les canalisations.

Revenons à la chansonnette du début qui n’est pas la simple évocation d’un bel animal, mais qui revêt un double sens. Sur sa face enfantine, la comptine est à l’image du furet, apprivoisée. Sur l’autre face, arrive un putois quelque peu sauvage, l’abbé Dubois, éminence grise du Régent Philippe d’Orléans qui dirigea le royaume après la mort de Louis XIV. Si vous êtes adeptes des contrepèteries, vous détecterez l’allusion fort grivoise et explicite aux penchants de cet abbé pour la gent féminine. De quoi éclairer aussi le « du bois Mesdames » d’un jour nouveau. Le gentil furet à la vision nocturne aurait donc vu passer un abbé.

L'équipe
Production
Réalisation
Avec la collaboration de

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......