LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Dessin d'un poisson-spatule de Timothy Knepp pour l'United States Fish and Wildlife Service (organisme fédéral américain qui s'occupe de la gestion et la préservation de la faune).

La spatule chinoise

3 min
À retrouver dans l'émission

Il était bien joli ce poisson emblématique du fleuve Yangtzé. Au point d’alimenter les légendes. Mais aujourd’hui, il a disparu. Son seul tort était un rythme de reproduction plutôt lent. La pollution, la surpêche, les barrages, bref, les activités humaines ont eu raison de lui.

Dessin d'un poisson-spatule de Timothy Knepp pour l'United States Fish and Wildlife Service (organisme fédéral américain qui s'occupe de la gestion et la préservation de la faune).
Dessin d'un poisson-spatule de Timothy Knepp pour l'United States Fish and Wildlife Service (organisme fédéral américain qui s'occupe de la gestion et la préservation de la faune). Crédits : Timothy Knepp/US Fish and Wildlife Service/WikimediaCommons

La spatule chinoise. De quoi, de qui s’agit-il ? D’un ustensile de cuisine exotique ? D’un instrument de torture ? D’un oiseau au bec aplati ? Sur un rouleau chinois daté du XVIIe siècle, la légende raconte qu’un brave pêcheur balloté par les flots s’accroche à un poisson salvateur plus grand que lui, pourvu d’un museau immense en forme d’épée. C’est bien ce poisson, la spatule chinoise, appelée aussi « espadon chinois ». Psephurus gladius, de son nom scientifique. 

Heureusement qu’il existe des noms en latin, parce que l’animal n’a pas son museau en forme de spatule, et il n’est nullement un espadon, bien qu’il arbore une épée en guise de nez. Mais parlons un peu d’évolution. 

Parmi les poissons, il existe un groupe relique, celui des chondrostéens. Il en reste aujourd’hui 27 espèces, alors qu’ils étaient foisonnants voici 200 millions d’années. Les plus connus sont les esturgeons, regroupés dans la famille des acipenséridés. Mais il existe une seconde famille, celle des spatules qui abrite seulement deux espèces. La spatule américaine, qui habite les eaux du bassin du Mississipi et la spatule chinoise, du fleuve Yangtzé en Chine. Elle était jadis emblématique du bassin du fleuve Yangtzé, au sein duquel elle effectuait des migrations annuelles. 

Notre spatule chinoise a un rostre en forme d’épée, d’où son nom d’espèce, « gladius » qui signifie « glaive ». Le rostre représente environ un tiers de la longueur totale de l’animal. En dépit de cet appendice allongé, il ne s’agit nullement d’un espadon, mais bien d’un cousin des esturgeons. Avec, comme record enregistré, sept mètres de long et 450 kilogrammes sur la balance, la spatule chinoise est le plus gros poisson d’eau douce du monde. 

Imposante, mais très jolie. De couleur gris clair avec des parties rose tendre. Son long nez est un instrument à détecter les signaux électriques faibles émis par ses proies, crustacés et autres poissons. On en pêchait encore jusqu’en 1970 à raison de 25 tonnes par an, pour son caviar et pour sa chair. 

La disparition 

Mais à partir de 1981, des barrages ont fragmenté les populations. Associée à la surpêche et aux pollutions, ces contraintes ont eu raison de ce magnifique animal. Les derniers spécimens ont été vus en 2003. En dépit d’efforts tardifs en 2006, l’espèce a été déclarée officiellement éteinte le 23 décembre 2019. À l’instar de la spatule, tous les chondrostéens ont une reproduction lente, et sont menacés d’extinction à l’état sauvage. Tâchons d’en prendre soin. Quelques espèces prospèrent en captivité, notamment l’esturgeon Acipenser baeri, exploité pour son caviar. 

La disparition de la spatule a incité les autorités à prononcer l’interdiction de la pêche commerciale le 1er janvier 2020 et ce pour une durée de dix ans. Cela ne nous rendra pas la spatule chinoise dont le souvenir reste sur un timbre-poste de 1994. Bien maigre consolation, d’autant que son mode de vie était mal connu, qu’aucun spécimen n’a été conservé en captivité et qu’aucun tissu ni matériel génétique n’a été préservé. 

Voilà donc le plus gros poisson d’eau douce du monde disparu dans l’indifférence. Je suis triste !

L'équipe
Production
Réalisation
Avec la collaboration de
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......