LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Un macaque, à Gibraltar. Celui là est aussi appelé Magot.

L’autre nous-même

3 min
À retrouver dans l'émission

Si dans différentes cultures, le singe est valorisé, la ressemblance troublante que cet animal entretient avec l’humain lui a valu la méfiance en Occident.

Un macaque, à Gibraltar. Celui là est aussi appelé Magot.
Un macaque, à Gibraltar. Celui là est aussi appelé Magot. Crédits : Paula French / EyeEm - Getty

Trois petits singes. Le premier se cache les yeux, le second se couvre la bouche et le troisième se bouche les oreilles. Ces figures asiatiques, très populaires en Chine et au Japon, représentent la sagesse. Elles signifient le refus de voir, entendre ou dire le mal. Suivre leurs préceptes attirerait par conséquent le bien. 

Mais savez-vous que ces statuettes représentent des catarhiniens ? Autrement dit, des singes d’Afrique et d’Eurasie, dont les narines sont orientées vers le bas et séparées par une cloison. À ce titre, et au risque de perturber notre égo d’Homo sapiens, nous sommes des catarhiniens tout comme les macaques, babouins, gorilles ou gibbons. 

Le groupe-frère des catarhiniens rassemble les platyrhiniens qui ont peuplé le nouveau monde. Ils ont aussi alimenté le capitaine Haddock en jurons puisqu’ils comptent parmi leurs membres les ouistitis et les sapajous. Leurs narines sont latérales. 

Au total il existe 285 espèces de singes. Cata- comme platyrhiniens, ils ont tous un seul os frontal, et les deux os dentaires de la mandibule fusionnés en un seul, ce qui fait que leur mâchoire est faite d’un seul os de bout en bout. 

Comme nous présentons ces caractéristiques, pour un zoologiste, nous sommes des singes, ce qui ne nous empêche pas d’avoir des traits propres qui font de nous des humains. Mais il n’y a pas de honte à cela. Loin de là. En effet, le singe bénéficie d’une excellente image dans de nombreuses cultures. 

Roi-singe, singe magicien, singe scribe

Dans le panthéon égyptien, le singe est le scribe savant qui possède la connaissance. Il est le magicien suprême, artiste et connaisseur des hiéroglyphes les plus mystérieux. Il est aussi Hâpi, divinité protectrice des morts. 

En Chine, le Roi-singe est un personnage doué de parole, de conscience, de force, de rapidité et de pouvoirs magiques. En Inde et en Indonésie, le Dieu-Singe s’appelle Hanuman et il voue une fidélité totale à Rama, roi réel ou mythique qui aurait régné sur l’Inde au XXe siècle avant notre ère. Clin d’œil scientifique. Un fossile de singe devenu célèbre, trouvé en 1879 en Inde, et daté de douze millions d’années, a été baptisé Ramapithèque. Chez les Falis du Cameroun, le singe noir est un magicien rusé, maître des savoir-faire. Chez les Bororos du Brésil, le singe est le héros civilisateur, inventeur de la technique, et encore magicien. 

À l'opposé, les Occidentaux ne voient que ses turpitudes et son côté chapardeur. Au Moyen Âge, le singe est le symbole du mal et du péché. Figure diabolique et malicieuse, il est à la fois lubrique et facétieux. Mais il fait rire. Habile, divertissant, irrévérencieux, farceur, il attire à lui la sympathie populaire. Toujours en Occident, la figure du singe fascine, comme un miroir de nous-mêmes. Mais le singe, trop semblable, nous inquiète. Sa ressemblance est un trait d’union avec une animalité que la chrétienté repousse avec force. 

Si l’on en croit les caricatures de Darwin en singe, ce dénigrement a pu jouer un rôle contre l’idée d’évolution biologique. Évidence scientifique qui fait pourtant de nous des singes descendus d’autres singes. 

L'équipe
Production
Réalisation
Avec la collaboration de
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......