LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Combien de lapins sur cette image ?

1 lapin, 2 lapins... 1000 lapins

2 min
À retrouver dans l'émission

Avec jusqu'à 5 portées de 12 petits par an, s'il est bien un domaine où les lapins excellent, c'est celui de la reproduction. Dans la nature, une très forte pression de prédation régule cette abondance. Sauf si les lapins arrivent dans une contrée dépourvue de leurs prédateurs naturels...

Combien de lapins sur cette image ?
Combien de lapins sur cette image ? Crédits : Supalerk Laipawat / EyeEm - Getty

"En retard, toujours en retard" clame le Lapin Blanc tout en regardant sa montre et en amenant Alice vers le pays des merveilles. En tout cas s'il est bien un domaine où les lapins ne sont pas en retard, c'est celui de la reproduction. Ne dit-on pas : "se reproduire comme un lapin" ?

En effet, le lapin de garenne, Oryctolagus cuniculus, est capable de faire jusqu’à cinq portées de douze petits par an. Je sors ma calculette. Soit deux lapins, mâle et femelle, dans des conditions optimales ; à la fin de l'année ils se retrouvent près de 500, les premiers nés ayant à leur tour commencé à se reproduire !

Dans la nature, une très forte pression de prédation par les renards, rapaces, serpents, etc. régule cette abondance. Sauf… si les lapins arrivent dans une contrée dépourvue de leurs prédateurs naturels. Cela a été le cas dans l'archipel des Kerguelen où les lapins ont presque fait disparaître deux plantes endémiques : le chou des Kerguelen et l'azorelle. 

De 24 garennes à... 600 millions

Mais c'est l'Australie qui est l'emblème de l'invasion – le mot n'est pas trop fort. La souche dont on garde la trace dans les populations d’aujourd’hui est celle de 24 garennes introduits en 1859. Des garennes anglais qui descendaient eux-mêmes de lapins français débarqués au 13e siècle comme l'indique une étude génétique qui a comparé des lapins de France, Angleterre et Australie. Cette souche franco-anglaise particulièrement prolifique engendra 600 millions d’individus en cinquante ans. Les dégâts furent considérables sur les plantes sauvages, les pâturages et, par effet de cascade, sur les espèces animales herbivores. Des mesures de contrôles furent entreprises : empoisonnements, piégeages, clôtures, destruction des terriers, arrivées de renards et de furets. Finalement, le virus de la myxomatose a été introduit en 1950. Cette introduction causa effectivement une réduction massive des populations même si, au bout d’un certain temps, la mortalité due au virus a décliné. On estime qu'il reste désormais 300 millions de lapins en Australie !

Le lapin n’est pas seulement prolifique, il est aussi l’objet de superstitions : parler du lapin sur un bateau porterait malheur. Cette superstition proviendrait d’une époque où l’on embarquait des lapins à bord pour s’en nourrir durant les longues traversées. Des lapins échappés auraient alors rongé les cordages. En outre, sur les navires en bois, le calfatage des planches se faisait avec de l’étoupe de chanvre. Les lapins en le rongeant auraient créé des voies d’eau.

Cette explication a des points faibles. En effet, les bateaux de jadis transportaient aussi et surtout des rats, qui rongeaient tout aussi efficacement le chanvre. Et il n’est pas interdit de parler de "rat" sur un bateau. Le tabou du lapin chez les marins s’enracinerait plus profond, dans le symbolisme médiéval judéo-chrétien. Le lapin y est considéré comme démoniaque, notamment en raison de ses fréquentes fornications… et nous revoilà avec la cause de leur prolificité !

Rediffusion de l'émission du 27 août 2020

L'équipe
Production
Réalisation
Avec la collaboration de
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......