LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Un renard roux et quelque peu ébouriffé pris en photo en Roumanie.

Un petit rusé

3 min
À retrouver dans l'émission

Où l’on apprend que le nom de renard provient en fait d’un personnage littéraire, et que c’est de par le monde qu’on célèbre – et qu’on craint parfois - l’intelligence du goupil.

Un renard roux et quelque peu ébouriffé pris en photo en Roumanie.
Un renard roux et quelque peu ébouriffé pris en photo en Roumanie. Crédits : Tamás Szabó - Getty

Début 1942, les chars de l'Afrikakorps foncent dans le désert de Cyrénaïque et bousculent les armées britanniques jusqu'aux confins de la frontière égyptienne.

À leur tête Erwin Rommel, d'une redoutable intelligence tactique et stratégique qui lui valut le surnom de « renard du désert ». Une comparaison qui tombe sous le sens comme en témoignent de multiples expressions ou proverbes qui font allusion à la réputation d’intelligence du renard.

Rusé comme un renard ! Fin comme un renard ! Qualités immortalisées par les fables de Jean de La Fontaine. L’imaginaire européen associe ainsi le renard à la ruse, mais aussi, par extension, à la flatterie et au mensonge, voire même en Europe du nord, au feu – sans doute une allusion à la couleur de son pelage – et à la malveillance. À force d'être trop malin, le renard finit par inquiéter.

Il s’agit ici du renard roux, Vulpes vulpes, petit canidé largement répandu dans l’hémisphère nord, y compris en Afrique du Nord, comme quoi le surnom de Rommel était biologiquement plausible, même si l'on peut penser que ce sont plutôt des fennecs qui hantent le désert.

En France, tout le monde a croisé un jour, de loin à l'orée d'un bois, ou de près écrasé au bord d’une route, ce bel animal. Mais qui est-il exactement ? Celui que l’on appelle aujourd’hui un « renard » était jusqu’à la fin du XVIIe siècle désigné sous le nom de « goupil ». En fait, le terme de renard provient d’un prénom donné à un personnage imaginaire.

Ce prénom, c’est Renart (avec un « t »), attribué au personnage principal du Roman de Renart, ensemble de récits animaliers écrits des XIIe et XIIIe siècles. Le héros n’est autre qu’un goupil très rusé qui mystifie animaux et humains. Le dicton populaire « malin comme renart » en est resté. Puis le prénom du héros s’est substitué au nom de l’animal.

Rusé sur tous les continents 

Est-ce de là que vient la réputation de ruse et d’intelligence du renard roux ? Certainement pas. Car il n’y a pas que chez nous qu’elle est répandue. Chez les japonais, le renard – il s’agit scientifiquement d’une sous-espèce légèrement différente du renard européen - le renard japonais, donc, est tout aussi rusé. Il joue des tours et se trouve même doté de pouvoirs magiques, comme celui de se transformer en femme-renarde.

Plus il vieillit, et plus ses métamorphoses sont diverses. Et plus il lui pousse de queues, jusqu’à devenir le renard à neuf queues, animal légendaire maléfique du Japon, de Corée et de Chine. Dans le folklore chinois, la femme-renarde est ambivalente, tantôt bienveillante, tantôt malveillante. Il semblerait donc que sa réputation d'animal très intelligent soit véritablement universelle.

Pas si étonnant. Car une espèce capable de s'installer des forêts sibériennes, aux steppes d'Asie centrale, aux forêts d'Europe de l'Ouest, capable de franchir les obstacles pour s'emparer de nos poules et, enfin, de s'accommoder de nos villes ne peut pas être dépourvue de malice.

L'équipe
Production
Réalisation
Avec la collaboration de
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......