LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Représentation de la découverte du crâne fossile d'un Mosasaurus publiée en 1799 dans l'Histoire Naturelle de la montagne de Saint Pierre de Maestricht, du français Barthélemy Faujas de Saint-Fond.

Le mosasaure ou le lézard volé

3 min
À retrouver dans l'émission

Au XVIIIe siècle, la France révolutionnaire met la main sur un fossile datant du Crétacé de manière cavalière. L’histoire des sciences est aussi faite de concurrences féroces entre scientifiques et entre nations.

Représentation de la découverte du crâne fossile d'un Mosasaurus publiée en 1799 dans l'Histoire Naturelle de la montagne de Saint Pierre de Maestricht, du français Barthélemy Faujas de Saint-Fond.
Représentation de la découverte du crâne fossile d'un Mosasaurus publiée en 1799 dans l'Histoire Naturelle de la montagne de Saint Pierre de Maestricht, du français Barthélemy Faujas de Saint-Fond.

Novembre 1794, le chanoine Theodorus Joannes Godding a rendez-vous chez lui, à Maastricht, avec le français Augustin-Lucie de Frécine. Objet de ce rendez-vous, un animal aussi mystérieux que gigantesque : le « grand animal de Maastricht », également appelé le « lézard de la Meuse » ! 

Quoi, on aurait trouvé un lézard géant dans les forêts des environs ? Pas du tout ! Il s’agit d’un crâne fossile découvert en 1766 dans une carrière qui exploite des calcaires datant de la fin du Crétacé. Godding est le propriétaire du fossile. Il est inquiet et il a raison, car Maastricht, forteresse autrichienne, vient d’être prise par les troupes de Kléber, quatre jours auparavant. 

Cette visite de Frécine ne lui dit rien qui vaille, d’autant moins que Frécine n’est pas scientifique, mais commissaire politique de la République française. En attendant, le français n’arrive pas. À sa place arrivent six soldats avec une charrette. Ils expliquent que Frécine est souffrant, et qu’il veut regarder le grand animal chez lui. Godding s’oppose mollement. Les soldats chargent le fossile. 

La Révolution ne perd pas de temps. Le 12 novembre, soit quatre jours après la saisie, la Convention nationale publie un décret disant que le spécimen doit être transporté à Paris, au Muséum d’Histoire naturelle. Il y arrive au printemps 1795, en même temps qu’est recruté un jeune homme prometteur, Georges Cuvier. Pourquoi s’être empressé de faire venir ce fossile à Paris ? On ne sait même pas vraiment ce que c’est. 

Un crocodile ou un lézard marin ? 

Le collectionneur Joannes Hoffmann penchait pour un crocodile. Le savant Petrus Camper y voyait une baleine à dents. Son fils, Adriaan Camper, suggéra qu’il s’agissait d’un lézard marin. Georges Cuvier confirmera cette hypothèse en appliquant les principes de l'anatomie comparée et l’animal recevra le nom de Mosasaurus hoffmanni en 1829. À l’époque, on s’interroge de plus en plus sur les fossiles et le mosasaure est une pièce majeure qu’il faut avoir. 

Comment expliquer la présence d’un tel animal en Hollande ? Est-ce un délaissé de l’Arche de Noé ? Dieu a-t-il créé des espèces condamnées à l’extinction ? Cuvier apportera une réponse en supposant une série de catastrophes planétaires successives, les révolutions du globe, suivies de re-créations. 

Un peu ennuyeux car Dieu aurait fait des « brouillons ». Mais bon, un moindre mal, car certains révolutionnaires auraient voulu ramener l’animal pour prouver que Dieu n’existe pas. 

Mais que sont les mosasaures pour la science d’aujourd’hui ? Le genre Mosasaurus est connu de la fin du Crétacé, entre -80 et -66 millions d’années. Les mosasaures ne sont pas des dinosaures, mais d’énormes lézards marins proches des varans, de formidables prédateurs qui ont hanté les mers du Crétacé. 

Les Néerlandais présentent aujourd’hui au public un moulage de leur mosasaure en indiquant que la France a volé l’original. Néanmoins, dans le contexte européen et scientifique d’aujourd’hui, le mosasaure est devenu patrimoine de l’humanité. Il s’agit plutôt d’un sujet de taquinerie entre musées !

L'équipe
Production
Réalisation
Avec la collaboration de
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......