LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Tranquillement perchés, ces oiseaux sont en plein processus de fermentation. Ils n'en ressortiront pas avec une bonne haleine.

L’hoazin, un drôle de ruminant

3 min
À retrouver dans l'émission

Le menu et le système digestif de ce bel oiseau des forêts sud-américaines ressemblent à ceux d’un cheval ou d’une vache. Du coup, il n’a pas très bonne haleine…

Tranquillement perchés, ces oiseaux sont en plein processus de fermentation. Ils n'en ressortiront pas avec une bonne haleine.
Tranquillement perchés, ces oiseaux sont en plein processus de fermentation. Ils n'en ressortiront pas avec une bonne haleine. Crédits : Sian Seabrook - Getty

Désolé de commencer cette chronique par une touche de vulgarité, mais cet oiseau pue du bec ! Et je ne suis pas le seul à le dire. Au Venezuela, il est parfois qualifié de « vache volante ». 

Au Guyana, on l’appelle « stinking pheasant », ce qui signifie « faisan puant ». Il est nommé « Pava hedionda » en Équateur et en Colombie, ce qui veut dire « dinde pestilentielle ». Au Pérou, on le qualifie de « chancho », c’est-à-dire de porc. 

Mais qui est cet oiseau pour trimbaler une aussi mauvaise réputation ? Il s’agit d’Opisthocomus hoazin, un superbe volatile à l’allure de faisan, à la tête bleue munie d’un bec robuste, ornée de deux yeux rouges-vifs et d’une majestueuse crête plumeuse. L’hoazin est un oiseau arboricole de 60 à 70 cm, qui habite les forêts inondées d’Amérique du Sud, notamment celles des bassins de l’Amazone et de l’Orénoque. 

Cet oiseau est unique en son genre. Voyons pourquoi. Il se nourrit de feuilles qu’il roule en boule et avale sans les mâcher. Et pour cause, les oiseaux n’ont pas de dents, comme chacun sait ! Comment un oiseau peut-il se nourrir de feuilles ? Vous trouvez sans doute cette question saugrenue. Mais il faut savoir que les oiseaux sont des animaux actifs qui ont besoin d’énergie, une énergie fournie par les graines, les fruits ou les insectes, voire la viande ou le poisson, nourriture habituelle des oiseaux. Rien de tout cela chez l’hoazin, qui se contente de feuilles très pauvres en énergie. Comment fait-il ? Comme les vaches ! 

Une histoire de fermentation 

Chez les mammifères, ceux qui se nourrissent exclusivement d’herbe ont des fermenteurs associés à diverses parties de leur tube digestif : ruminants, chevaux, rhinocéros, lapins… L’hoazin est le seul oiseau équipé d’un fermenteur. Chez les oiseaux ordinaires, le jabot, associé à l’œsophage, sert de poche de stockage des aliments. En arrière, une autre poche plus musculeuse, le gésier, est dédiée à leur mastication. 

Le jabot de l’hoazin est hypertrophié. Il sert de masticateur des aliments, et en ce sens il assure la fonction du gésier. Mais ce n’est pas tout. Il sert aussi de fermenteur. L’hoazin ne se nourrissant que de feuilles, son jabot abrite des bactéries qui digèrent la cellulose. Elle finira transformée en acides gras, assimilés dans un second fermenteur situé dans deux diverticules intestinaux. Il va sans dire que ce circuit prend du temps. Chez l’hoazin la digestion dure entre sept et 45 heures. Record de lenteur chez les oiseaux. 

Revenons au jabot, pièce maîtresse du dispositif. Il est tellement gros qu’il prend la place normalement dévolue au sternum. Or le sternum sert de point d’attache aux muscles des ailes. Comme il est réduit, les muscles qui s’y insèrent aussi, ce qui fait que l’hoazin ne peut que voleter sur de courtes distances d’une branche à l’autre. 

Autre fait unique, le sternum se termine par une callosité qui permet à l’hoazin de se caler sur une branche. Appuyé ainsi, il se repose. Il ne fait pas rien : il fermente. C’est donc le ruminant des oiseaux, si l’on peut dire. Pas étonnant qu'il émane de lui une odeur de vache. Mais qu'est-ce qu'il est beau ! 

L'équipe
Production
Réalisation
Avec la collaboration de
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......