LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Au Parc Zoologique de Paris, le blob est un peu une star. Sur la photo, des cultures de Physarum Polycephalum dans des boîtes de Petri.

Ni plante, ni animal, ni champignon

3 min
À retrouver dans l'émission

Les biologistes classent les êtres vivants, c’est ainsi. Et certains… eh bien, sont plus difficiles à ranger que d’autres.

Au Parc Zoologique de Paris, le blob est un peu une star. Sur la photo, des cultures de Physarum Polycephalum dans des boîtes de Petri.
Au Parc Zoologique de Paris, le blob est un peu une star. Sur la photo, des cultures de Physarum Polycephalum dans des boîtes de Petri. Crédits : STEPHANE DE SAKUTIN - AFP

Je vous invite à vous plonger quelques instants dans un film d’horreur de 1958. « Danger planétaire » dans sa version française. Steve, le regard horrifié, lance l’alerte. Les policiers restent sceptiques. Une créature informe, rampante, énorme, indestructible vient d’arriver sur Terre avec une météorite. Elle s’immisce, se faufile et dévore tout sur son passage. Augmentant progressivement de taille, jusqu’à semer la panique en ville. 

Ce film, qui nous paraît un peu naïf aujourd’hui, initia pourtant la carrière de Steve McQueen. Il faut dire qu’il y combat avec succès cette créature immonde dénommée « blob » pour les besoins du film. Le scénariste ne se doutait pas du succès que ce nom allait rencontrer. Car la créature existe. Enfin pas tout à fait quand même car le blob du naturaliste est bien inoffensif. 

Le blob des biologistes se nomme Physarum polycephalum, nom d’espèce qui signifie qu’il a plusieurs têtes. Ce qui est assez cocasse car il n’en a aucune. Physarum polycephalum est un discret habitant de nos forêts. Dans le sous-bois humide, sur le tapis de feuilles mortes ou de bois mort, il se nourrit de bactéries, de levures, de champignons, de spores d’autres organismes. Extérieurement, il ressemble à un champignon. 

Attention, pas de ceux dont on se régale, non, plutôt de ceux que l’on va trouver sous une vieille planche posée sur un sol humide. Ceux qui ont l’apparence d’un réseau de filaments blanchâtres ou jaunâtres. D’ailleurs, le blob est connu depuis fort longtemps et il a été décrit dès 1822. À l’époque, il a tout naturellement été classé dans les champignons car il produit des spores. 

Seulement voilà. Rien n’est simple en biologie. Les champignons, n’ont pas le monopole de la production de spores. Et puis, le blob est unicellulaire, mais une cellule qui héberge de nombreux noyaux : un puis deux, puis quatre... au fur et à mesure de sa croissance. On a fini par traiter le blob en ni-ni. Ni un animal, ni une plante, ni un champignon. On le caractérisait négativement, comme si la science n’avait pas été capable de dire ce qui lui est spécifique. 

Le cousin géant

Heureusement, la génétique moléculaire arrive dans les années 1990. Elle nous dit que le blob est un myxomycète, terme qui signifie « champignon gluant ». Pas très malin puisqu’il n’est pas un champignon. Les myxomycètes sont rangés dans les amœbozoaires. Autrement dit, il est un cousin des amibes. 

Mais un cousin géant. En effet les myxomycètes peuvent devenir très grands alors que les amibes sont toujours minuscules. Le blob est proche des amibes parce qu’il émet des pseudopodes, petites excroissances qui lui servent à se déplacer. Et puis, il se nourrit par phagocytose, c’est-à-dire qu’il encercle sa nourriture de sa membrane pour la digérer une fois englobée. On voit d’où le film a tiré son inspiration d’un monstre avalant tout. Ouf, le blob est enfin classé pour lui-même ! 

Restait une question : qui pour prendre soin du blob, star du Parc Zoologique de Paris ? Des soigneurs-animaliers ou des jardiniers. Il a fallu innover, car c’était notre premier myxomycète. Finalement, ce sont les jardiniers qui ont décroché le blob.

L'équipe
Production
Réalisation
Avec la collaboration de
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......