LE DIRECT
Le noir de la pie est en réalité un bleu métallique profond et irisé.

Une bavarde, la pie

4 min
À retrouver dans l'émission

Non, la pie ne vole pas et n'est pas plus attirée par les objets brillants que les autres oiseaux. En revanche, il lui arrive de dérober leurs proies à d'autres prédateurs. C'est une espèce sédentaire qui se plaît de plus en plus dans les villes où les ressources, telles que les déchets, abondent.

Le noir de la pie est en réalité un bleu métallique profond et irisé.
Le noir de la pie est en réalité un bleu métallique profond et irisé. Crédits : Andrew_Howe - Getty

Les tintinophiles connaissent l’histoire. Dans l’album, Les bijoux de la Castafiore, le scénario repose sur un enchaînement de quiproquos dus à la disparition des bijoux de la célèbre cantatrice. La coupable s’avère être une pie. Pas étonnant vue sa réputation. Tintin grimpera au sommet d’un arbre pour remettre la main sur le larcin déposé dans un nid de pie. 

Au passage, l’expression "nid de pie" désigne le poste d’observation accroché au plus haut mât d’un navire, comme le tonneau des malheureux pirates d’Astérix. Voilà les références à la BD équilibrées ! 

La pie ne vole pas

Mais la pie vole-t-elle ? Je ne parle pas de ses prouesses aériennes, mais du larcin. Les éthologues savent que les pies dérobent leurs proies à d’autres prédateurs, un comportement qualifié de cleptoparasitisme. Serions-nous sur une piste ? Pas vraiment, car des études scientifiques démontrent que les pies ne sont pas plus attirées par les objets brillants que n’importe quel autre oiseau. Les récits de vols reposent donc sur un mythe, d’autant plus facile à entretenir que depuis le Moyen Âge, la pie était considérée comme une bavarde de mauvais augure. 

Bavarde la pie ? On la traite de bavarde, en raison de ses vocalises quelque peu agaçantes. La pie jacasse en faisant un bruit de crécerelle. Dans certaines régions, ce cri peu mélodieux lui a valu le nom d’agaça ou d’agasse avec deux "S ". Plus prosaïquement, Pica pica est un grand oiseau de nos régions, au corps d’environ 50 centimètres plus une queue d’environ 25 cm. 

L’espèce est remarquable par son plumage orné de zones noires et blanches bien marquées. Mais le noir de la pie est en réalité un bleu métallique profond et irisé. La pie fréquente les milieux ouverts ou semi-ouverts, riches en bosquets. Elle est omnivore et se plaît à proximité des habitations humaines. Elle y trouve des ressources dans les déchets, mais aussi en tant que prédatrice. En effet, la chasse des insectes et autres limaces est plus fructueuse dans les prairies ou les pelouses que façonnent les humains. 

Un oiseau sédentaire et citadin

Sédentaire, elle occupe durablement une zone d’un à deux hectares, y compris en milieu urbain. En Seine-Saint-Denis, 500 pies baguées ont été suivies. Seules 4 ont été repérées dans un autre parc que celui de leur baguage d’origine. La pie est casanière ! 

Vous aurez peut-être constaté que les pies sont de plus en plus nombreuses en ville. Cette tendance n’est pas le fruit de migrations depuis la campagne, mais d’une augmentation de leur succès reproducteur là où les ressources abondent. En revanche, leurs effectifs déclinent partout ailleurs. 

La pie est intelligente, apprenante et curieuse. Mise face à un miroir, elle est la première espèce d’oiseau à avoir montré une "conscience de soi ". Ses capacités de transmission à ses jeunes sont démontrées, ainsi que celles d’empathie. Ses dons d’exploration, de mémorisation, et d’apprentissage en font une espèce très adaptable et opportuniste. 

L’expression populaire "Curieuse comme une pie" n’est pas volée , elle ! 

L'équipe
Production
Réalisation
Avec la collaboration de

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......