LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Difficile de faire plus ravissant que cette loutre de mer, prise en photo en Alaska.

Une loutre qui rapporte

3 min
À retrouver dans l'émission

Elle est adorable, et pas que. En plus d’être l’animal favori de la chanteuse Angèle, la loutre serait profitable à l’économie canadienne. Si, si !

Difficile de faire plus ravissant que cette loutre de mer, prise en photo en Alaska.
Difficile de faire plus ravissant que cette loutre de mer, prise en photo en Alaska. Crédits : Betty Wiley - Getty

Alors, qui est le plus mignon : un chat, une biche ou une loutre ? Un homme qui veut témoigner de sa tendresse pour sa femme dispose d’un vaste choix d’images animalières : « ma biche » si chère à Louis de Funès, « ma minette » très classique ou encore « ma loutre » plus tendance. 

Cette tendre appellation rappelle la signification que les Amérindiens attribuaient à la loutre : celle de la féminité, probablement en raison de sa souplesse et sa sveltesse. Dans nos contrées, vit la loutre d’Europe, Lutra lutra, carnivore aquatique de la famille des mustélidés, c’est-à-dire apparentée aux belettes, fouines, hermines et même blaireaux beaucoup moins mignons. 

Sa tête arrondie et ses minuscules oreilles, son corps allongé, ses pattes palmées et sa longue queue traduisent un mode de vie aquatique. Excellente nageuse, elle capture sous l’eau les poissons les plus vifs. Les loutres sont partout le symbole de joie ludique et de curiosité. Mais cette réputation positive subit des entorses. 

Elle a été qualifiée de « nuisible » en France à la fin du XIXe siècle, car elle faisait concurrence aux pêcheurs. 

Auparavant, au XVIIIe siècle, des maistres-chasseurs de loutres étaient chargés de les décimer. Malheureusement pour elle, elle fut l’objet de commerce. Sa fourrure dense, chaude et hydrofuge, était idéale pour confectionner des cols ou des bonnets, voire des manteaux. Son déclin s’est accéléré, surtout au XXe siècle, en raison des aménagements et de la pollution des rivières. La population de loutres sauvages de France est ainsi, passée de 50 000 à un petit millier entre le début et la fin du XXe siècle. 

Les comptes y sont

La loutre d’Europe bénéficie désormais de politiques de conservation qui entraînent actuellement une recolonisation naturelle des rivières. Mais réintroduire un prédateur modifie l’équilibre de toute sa chaîne alimentaire. Si des espèces consommées par la loutre étaient exploitées, sa réintroduction provoque des perturbations économiques bien réelles. 

Maintenant, si l’on fait les comptes, il faut tout mettre sur la balance. C’est ce qu’ont fait les Canadiens à propos de la loutre de mer. Ils ont calculé les coûts et les bénéfices économiques de sa réintroduction. Certes, la présence des loutres de mer porte atteinte aux intérêts des pêcheries de « fruits de mer », car elle en est friande. Mais sa réintroduction affecte aussi des animaux brouteurs comme les oursins dont elle raffole. Par conséquent, les forêts d’algues laminaires s’étendent à nouveau, ainsi que toute la biodiversité qui y prospère, notamment les poissons. 

Avec la loutre de mer, tandis que les pêcheries de crabes perdent 7,3 millions de dollars canadiens par an, l’excédent de recettes de la pêche de poissons se chiffre à 9,4 millions. Par ailleurs, la présence des loutres favorise l’écotourisme qui rapporte 42 millions supplémentaires. Enfin, l’extension des algues stocke du carbone pour une valeur estimée à 2,2 millions. Bilan : 46 millions de dollars apportés chaque année par la loutre de mer ! Alors, bravo les loutres ! 

L'équipe
Production
Réalisation
Avec la collaboration de
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......