LE DIRECT
Aaron Swartz à San Francisco ( 2008)

Aaron Swartz : "Celui qui pourrait changer le monde"

3 min
À retrouver dans l'émission

L'Américain Aaron Swartz était militant d'un Internet libre et ouvert, programmeur, activiste. Quatre ans après sa mort, à l'âge de 26 ans, ses écrits sont rassemblés dans un recueil publié en français. Sous le titre "Celui qui pourrait changer le monde".

Aaron Swartz à San Francisco ( 2008)
Aaron Swartz à San Francisco ( 2008) Crédits : Noah Berger - Reuters

A qui le prix de la désobéissance civile? Si vous avez un nom à proposer, c'est le moment. Début mars, le célèbre MIT, le Massachusetts Institute of Technology, a ouvert les candidatures pour son nouveau prix : 250 000 dollars pour récompenser une personne engagée dans "une logique de désobéissance profitant à la société", que cela soit dans le domaine de la recherche scientifique, de la liberté de parole ou de la liberté d'innovation.
Justement, dans le Manifeste pour une guérilla en faveur du libre accès, écrit en 2008, on peut lire : "Il est grand temps pour nous, dans la grande tradition de la désobéissance civile, de manifester haut et fort notre opposition à la confiscation de la culture publique par les organismes privés. Il nous faut nous emparer du savoir où qu'il soit , effectuer et des copies et les partager avec le reste du monde ." Mais impossible de proposer le nom de son auteur, Aaron Swartz : le MIT demande que les prétendants au prix soient vivants. Or Swartz, lui, s'est suicidé en janvier 2013. Il avait alors 26 ans. C'était deux mois avant la tenue d'un procès où il encourrait 35 ans de prison et un million de dollars d'amende. Il était poursuivi par le MIT précisément, pour s'être introduit dans l'une de ses salles de serveurs et avoir copié près de 5 millions d'articles scientifiques, dans le but de les rendre accessibles au grand public.

Aaron Swartz fait partie de ces figures d'un monde numérique encore jeune. Elles ont la particularité d'être immensément connues de tout un monde de militants, penseurs, observateurs du numérique. Mais en même temps, cette notoriété est peut-être aussi forte, que limitée à un petit cercle.

Or justement les éditions B42 publient le 21 mars les écrits d'Aaron Swartz. Elles rendent ainsi disponibles en français ses posts de blog, conférences, écrits, pamphlets, rassemblés l'an dernier aux Etats- Unis, sous le titre de "Celui qui pourrait changer le monde" .

Ce garçon de Chicago n'a que 13 ans quand un concours lui permet de mettre les pieds au MIT. Son parcours précoce est d'abord celui d'un programmeur. Il joue par exemple un rôle décisif dans la création des flux RSS. Il a alors 14 ans. C'est au même âge qu'il rencontre à Harvard de grands penseurs du numérique. Parmi eux, il y a Lawrence Lessig. Ce professeur de droit réfléchit à une nouvelle manière de définir le droit d'auteur sur Internet et de permettre aux auteurs eux-mêmes de décider de l'utilisation de leur oeuvre. Aaron Swartz a 15 ans quand il crée les spécifications techniques de ces licences Creative commons. Tout son parcours est d'ailleurs retracé par le documentaire The Internet's own boy.

Le militantisme d'Aaron Swartz sur le partage de la connaissance sous-tend une réflexion politique qui peu à peu se déploie plus largement sur la question des inégalités et de la justice sociale.

Outre sa précocité, la spécificité d'Aaron Swartz est d'articuler savoir-faire technique, activisme politique et pensée critique. Son aspiration : "rendre ce monde meilleur grâce à la loi, à la politique et aux technologies", résume-t-il dans l'un des écrits qui ouvre le recueil. Ils y sont rassemblées par grands thèmes : culture libre, ordinateurs, politique et médias, libre et culture, non- scolarisation.

Les poursuites judiciaires et son suicide ont participé à faire d'Aaron Swartz une sorte de héros tragique du numérique. Ce recueil, lui, témoigne de ses questionnements et de son parcours intellectuel. Mais surtout, au-delà de la personnalité même d'Aaron Swartz, ces textes sont d'une lecture éclairante et d'une actualité immense. Tant sur nos libertés numériques que sur la manière dont nous façonnons le monde en définissant des modalités d'accès au savoir et de partage des connaissances.

Chroniques

8H18
28 min

L'Invité idées de la Matinale

Ahmet Insel : "En Turquie, la dérive autoritaire se transforme en dérive dictatoriale"

Bibliographie

L'équipe

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......