LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Saint-Martin (07/09/2017)

Après Irma : la mobilisation pour rétablir les réseaux

2 min
À retrouver dans l'émission

Alors que l'électricité et les communications restent coupées sur les îles des Antilles touchées par l'ouragan, des citoyens cartographient les zones dévastées, et travaillent au rétablissement des liaisons de communication.

Saint-Martin (07/09/2017)
Saint-Martin (07/09/2017) Crédits : LIONEL CHAMOISEAU - AFP

Savoir quelles infrastructures médicales ou éléctriques sont détruites, comment arriver jusqu'aux victimes... Tâche extrêmement difficile après le passage de l'ouragan Irma. Dès les heures qui ont suivi, une communauté citoyenne à travers le monde s'est attelé à faire un état des lieux en ligne. Grâce à openstreetmap, outil ouvert de cartographie. Sur le site de HOT, pour Humanitarian OpenStreetMap Team, des dizaines de contributeurs, mettent à jour les cartes des îles touchées. Ils fournissent ainsi à la Croix-Rouge, aux ONG - mais aussi aux services de l'Etat, un outil indispensable. Car établir la carte précise des endroits dévastés des route bloquées ou passages à gué est crucial pour acheminer secours. Et notamment permettre de dimensionner l'aide et de déterminer les manières de l'acheminer. Faut-il par exemple y aller en camion, en vélo ?

Ce n'est pas la première fois que les bénévoles d'Openstreetmap font cela. En 2010, ils avaient totalement recartographié Port-au-Prince après le séisme en Haïti. Comment font-ils ? Grâce aux images aériennes et satellites. Car depuis l'an 2000 il existe une charte internationale de l'espace, signée par 16 agences spatiales. Elles s'engagent, en cas de "catastrophe majeure", à fournir leurs images à tous les Etats et associations qui le demandent. C'est grâce à ces informations que les internautes actualisent les cartes.

.
. Crédits :

Réseaux alternatifs

Mais cette cartographie numérique d'urgence ne résout pas tous les problèmes posés par l'absence de réseau. En matière numérique et de réseaux, beaucoup de choses auraient pu être anticipées. Grâce à des exercices de simulation, des formations à l'installation de réseaux de secours. Ou à la promotion des licences de radio amateurs. Ces personnes habilités à utiliser les fréquences radio, sont les seuls qui aujourd'hui rendent possibles les communications sur les îles. Car tous les réseaux y restent coupés. Et il faudra du temps aux opérateurs pour les rétablir.Et de toute façon, même opérationnel un réseau n'est pas fait pour supporter les communications de tous ses abonnés en même temps, ce qui est toujours le cas en temps de crise.
"Une situation connue mais peu préparée par manque de "culture du risque"", déplore Gaël Musquet. C'est l'une des raisons qui l'ont poussé à fonder l'association HAND pour « Hackeurs contre catastrophe naturelle ». Une association qui rassemble des acteurs du numérique pour préparer aux catastrophes naturelles, grâce à des solutions technologiques ainsi que des exercices civils avec les pouvoirs publics et les populations. Le gros de leur travail, c'est de la formation, en amont, dans les zones à risques. Comme la Caribe Wave, exercice annuel avec l'Unesco pour prépare les populations caribéennes aux risques de tsunami.

Grâce à ce type d'entrainement, sur les îles touchées par Irma, quelques dizaines de personnes sont aujourd'hui sur les capables de travailler sur l'établissement de réseaux. L'association les soutient depuis la métropole: du matériel dont des antennes et des radios numériques sont déjà en route pour les Antilles.

L'équipe
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......