LE DIRECT
Coursiers à vélo

Coursiers à vélo : la fronde contre les plateformes

2 min
À retrouver dans l'émission

Après la faillite de la start-up Take eat easy, les livreurs à vélo organisent la résistance. Comment faire valoir les droits des travailleurs face aux plateformes.

Coursiers à vélo
Coursiers à vélo Crédits : ERIC FEFERBERG - AFP

La manifestation sera inédite. Les coursiers à vélo ont rendez-vous demain pour un rassemblement au bois de Vincennes aux portes de Paris. Ces cyclistes, vous les avez déjà sûrement croisés, parcourant les rues des grandes villes. Vêtus aux couleurs de la start up qui, via une appli, les met en relation avec des restaurants en attente de livreurs. Le métier n'est pas nouveau, mais il connaît un essor considérable depuis que quelques entreprises en ont fait un marché. Elles ont pour nom Foodora, Deliveroo, tok tok tok... Au creux de l'été, l'une d'entre elles, Take eat easy, a annoncé sa faillite, laissant sur le carreau quelques milliers de cyclistes.
 Comment réagir, s'épauler? Quels recours possibles ? C'est sur facebook que la rispote a commencé. Le groupe nommé "collectif de coursiers" compte désormais quelques centaines de membres. Demain ils vont se rencontrer, être ensemble et faire nombre. Même si l'on sait déjà que seule une poignée ira au bout d'une procédure juridique. L'objectif obtenir la requalification de leur contrat commercial et être reconnu comme salarié, avec tous les droits que cela implique. Car tous sont aujourd'hui auto-entrepreneur. Il faut dire que trois clics suffisent pour tomber sur la promesse d'un argent simplement et rapidement gagné.

Mais pour les travailleurs des plateformes les déconvenues se multiplient. Il y a quelques mois, des chauffeurs Uber avait manifesté contre la baisse du prix des courses. En vain. L'entreprise décide de manière unilatérale. Pour mettre fin à une collaboration, une plateforme ne licencie pas le travailleur, elle le déconnecte.

Les plateformes, on le sait, bousculent les protections sociales.

Ecouter aussi : Comment travailler ensemble dans un monde numérique

Des modes d'action à inventer

Surtout elles obligent les travailleurs à inventer de nouveaux modes d'action, de négociation, de luttes. Et ce n'est pas facile.

Pour ces plateformes, être au travail, c'est allumer son téléphone. Alors certains se mettent à imaginer un jour, une déconnexion massive : la grève par la disparition des écrans. En ligne des forums de discussions s'organisent, prémisses de collectif de luttes. On voit émerger quelques tentatives de prendre les plateformes à leur propre jeu. En Allemagne, lG Metall, le syndicat des métallos vient de lancer FairCrowdWork.org une plateforme pour permettre au travailleurs du numérique d'évaluer.. .les plateformes. Mais en France, ces tentatives de résistance restent le fait de collectifs informels. Si les syndicats, habitués à défendre des salariés, se disent aujourd'hui convaincu de l'enjeu, ils ne dépasse pas encore le stade de la réflexion.

L'équipe

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......