LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
L'initiative #Datarefuge : préserver les données sur le climat

Trump et les données : un rappel de la matérialité du web

3 min
À retrouver dans l'émission

Depuis l'arrivée au pouvoir de Donald Trump, chercheurs, développeurs et simples citoyens travaillent ensemble à archiver les données scientifiques sur le climat. Ce que rappelle le mouvement nommé #datarefuge c'est qu'Internet repose sur des serveurs et des câbles. Potentiellement vulnérables.

L'initiative #Datarefuge : préserver les données sur le climat
L'initiative #Datarefuge : préserver les données sur le climat

"Spéculation quantification et anthropogénèse". "Le carbone comme métrique de l'humain". Voilà ce qui d'habitude occupe Jérome Withington, comme on peut le voir si l'on se rend sur sa page académique. Cet anthropologue à l'Université de New-York travaille sur le changement climatique. Depuis quelques semaines, il fait partie des scientifiques américains qui se mobilisent face à Donald Trump. Inquiets de ses positions sur le climat et des nominations déjà effectuées. Beaucoup d'entre eux appellent à l'organisation d'une marche des scientifiques - sur le modèle de la marche des femmes.
En attendant, Jérome Withington est, comme beaucoup d'autres, un chercheur devenu sauveteur. Ce samedi 4 février, il organise à New York un "sauvetage de données". Les premiers data rescue ont commencé en décembre au Canada, à l'université de Toronto. Objectif, s'assurer que les données américaines sur le changement climatiques ne disparaissent pas.Concrètement en quoi cela consiste ? Ce travail commun, nommé Data Refuge ,est mené par des spécialistes du climat, de politiques, des archives, du numérique mais aussi par de simple citoyens.

Dans un long article publié sur le site d'information américain Quartz, Jérome Withington détaille les objectifs et le fonctionnement de ces opérations. Elles ont une source d'inspiration, le projet indépendant "End of Term Harvest". Depuis 2008 cette " récolte de fin de mandat" sauvegarde de manière sécurisée les données des sites web gouvernementaux, lorsque le pouvoir présidentiel change.Une initiative lancée par un certain nombre de partenaires dont des bibliothèques - comme celle du Congrès ou de l'université de Californie. Et Internet Archive. Je vous ai déjà parlé de cette organisation qui depuis 20 ans archive le web. Et elle n'a pas attendu les premières mesures de Trump pour s'inquiéter . Dès son élection en novembre Brewster Kahle, le fondateur d'Internet Archive, a lancé un projet pour héberger ces archives au Canada.

Le mouvement #datarefuge, collecte des sources disparates. Concrètement il s'agit mettre le contenus de sites web dans les archives, identifier ce qu'on appelle des '"jeux de données", les capturer. Une fois ces données rassemblées et collectées, elles sont conservées dans un modèle décentralisé. En pratique, cela veut dire les mettre dans des serveurs différents, situés dans plusieurs endroits aux Etats-Unis et à l'étranger. Et grâce à des programmes et modèles open source. Une réponse à la menace qu'ils anticipent : l'effacement des données d'un serveur par l'administration de Donald Trump.

De quoi cette réaction est-elle le signe?

D'abord de la menace politique que représente Trump pour la recherche. Ce projet est une manière de documenter et d'analyser les conséquences du changement d'Administration, en particulier sur le climat.Surtout, ce travail commun entre chercheurs et développeurs, met une fois encore en lumière les enjeux de la conservation numérique des données. Car ne plus avoir accès à l'histoire de la fonte des glaces, au suivi du climat ou aux modèles d'évolution de l'atmosphère serait un immense problème pour la recherche Mais cela rappelle aussi combien le contrôle des données un élément clé des législations.

Enfin, ce qui est en train de se passer avec les chercheurs sur le climat nous rappelle ce que les spécialistes du numérique ne cessent de répéter : Internet ce n'est pas juste virtuel. Même si les discussions sur le cloud, le nuage, peuvent nous le faire oublier, c'est pourtant avant tout une question matérielle. Toutes ces informations transitent par des câbles, sont stockées sur des serveurs. Des données centralisées en un endroit, c'est autant de vulnérabilité face à qui voudrait les attaquer. Ce qui est vrai pour tout un chacun comme à l'échelle d'un pays.

Ecouter L'infrastructure invisible du web (Les nouvelles vagues 02/03/2016)

Chroniques
8H18
26 min
L'Invité(e) actu
Vincent Tiberj : Qui sont les électeurs d’aujourd’hui ?
L'équipe
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......