LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
La célèbre statue d'Abraham Lincoln à Washington

Abe: Président des écrans

9 min
À retrouver dans l'émission

A l'occasion de la nuit spéciale Elections américaines, un petit point sur la représentation du 16é Président des Etats-Unis à l'écran.

La célèbre statue d'Abraham Lincoln à Washington
La célèbre statue d'Abraham Lincoln à Washington

On a choisi finalement ce soir dans l'émission de parler d'objets qui ne représentent pas de Président en exercice, étonnant quand on considère le très grand nombre de fictions qui le mettent en scène, que ce soient des personnages purement inventés ou des Présidents bien réels. Parmi les 44 Présidents des Etats-Unis, le plus représenté au cinéma est sans conteste le 16ème, soit Abraham Lincoln, dont la figure est omniprésente, même quand elle n'est pas au centre du film. Dans Wilson d'Henry King, Woodrow Wilson se retrouve en prière devant son mythique lit, dans Gabriel au dessus de la maison blanche, de La Cava, il est question de la plume qui a servi à signer la déclaration d'émancipation des esclaves, dans Mr Smith au Sénat, c'est la vision de la sculpture de Lincoln qui clôt la transe patriotique de Mr Smith alors qu'il arrive à Washington.

Lincoln est surtout le sujet de grands films de l'histoire du cinéma américain, il a été interprété par plus de soixante acteurs, du "biopic" réalisé par D.W Griffith en 1930 au film de Spielberg en 2012. Alors pourquoi Abraham Lincoln est-il tellement cinématographique ?

Il y a d'abord des raisons objectives qui tiennent à l'importance historique du mandat et demi de Lincoln, conjuguée à la propension du cinéma américain à exalter les grandes valeurs américaines : Lincoln c'est l'idéal de justice incarné dans une figure d'Etat – c'est l'image qu'en donne par exemple le film de John Ford Vers sa destinée qui se concentre sur la jeunesse d'Abraham Lincoln, self made-man étudiant le droit et s'engageant dans un procès difficile pour défendre deux frères accusés de meurtre.

Lincoln, c'est aussi la guerre de Sécession, grand objet cinématographique, c'est le discours de Gettysburg, c'est surtout l'abolition de l'esclavage, une course contre la montre et un terrible jeu de stratégies que met en scène le film de Spielberg, qui se concentre lui sur les quelques semaines de l’hiver 1865 qui séparent la décision irrévocable de Lincoln à faire adopter le 13e amendement et sa signature au prix de magouilles politiques pas toujours très glorieuses.

La vie politique de Lincoln est tellement dense de son accession au Sénat jusqu'à son assassinat que la plupart des films qui s'emparent d'elle font le choix d'une période réduite, sauf bien sûr celui de D.W Griffith qui entend tout dire au prix de gros raccourcis historiques et biographiques.

Mais surtout Lincoln c'est une silhouette totalement ancrée dans la culture cinématographique, une longue tige à redingote et haut de forme dont on retrouve la forme à travers tous les acteurs qui l'ont incarnés, d'Henry Fonda à Daniel Day Lewis, un corps particulier car contrairement aux fréquentes représentations de Présidents, il est très statique, loin de la frénésie du film politique type: le premier plan du film de Spielberg le montre assis, de dos sur une chaise, déjà statufié comme il trônera plus tard sur son socle à Washington. Il faut noter que Lincoln a été le premier président à être beaucoup photographié, et surtout à utiliser la photographie dans la campagne présidentielle.

Lincoln est donc devenu une image, un président de cinéma, tellement même que sa figure supporte sans fléchir la parodie et le détournement, on pense à Abraham Lincoln chasseur de vampire, film d'épouvante sorti presqu'en même temps que le film de Spielberg.

Intervenants
  • Rédactrice en chef adjointe des Cahiers du cinéma
  • Critique de cinéma
  • journaliste, critique de cinéma et de bandes dessinées, producteur de l'émission "Plan large" sur France Culture
L'équipe
Production
Réalisation
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......