LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Le Grand Palais pendant la FIAC 2015

Découvre-t-on des choses à la FIAC?

10 min
À retrouver dans l'émission

Cette année la FIAC se resserre sur son terrain d'origine, et plusieurs petites foires annexes ont jeté l'éponge. Quelles conséquences pour les artistes?

Le Grand Palais pendant la FIAC 2015
Le Grand Palais pendant la FIAC 2015 Crédits : PASCAL HAUSHERR / HANS LUCAS - AFP

C’est l’automne et c’est l’époque de la FIAC, Foire Internationale d’Art Contemporain. Elle se tiendra cette année du 20 au 23 octobre prochain, et investit comme d’habitude le Grand Palais, et des lieux alentours, avec une nouveauté, le Petit Palais. Alors qu’est-ce que la FIAC? C’est le rassemblement de dizaines de galeries, cette année 186 exposants, ça représente plus de 3000 artistes venus du monde entier. Elle existe depuis 1974, cette année-là elle se situait dans une gare désaffectée à Bastille, ça ne devait pas être la même ambiance. Aujourd’hui c’est un événement très chic, le droit d’entrée ne coûte pas moins de 35 euros pour le visiteur, le m2 pour une galerie se situe entre 579 et 667 euros, ce n’est donc pas pour tout le monde. On voit donc à la FIAC les grandes galeries en place du monde entier, ce qui pose la question, tous les ans, de la visibilité des autres galeries, et des artistes qu’elles représentent, qui se trouvent, faute de pouvoir prétendre à un stand, exclus de l'évènement.

Alors jusqu’à maintenant il existait un certain nombres d'événements périphériques, le OFF en quelque sorte de la FIAC, qui permettait à d’autres structures, plus petites, de profiter de l’effervescence automnale. La FIAC elle-même en 2014 avait créé son propre OFF, l’Officielle, qui a disparu cette année, selon sa directrice Jennifer Flay “La majorité des exposants et des prospects trouvaient la foire trop éloignée et trop chère”. Plusieurs autres événements sont maintenus, qui donnent à voir des artistes et des galeries moins connues, car plus jeunes ou plus lointaines, c’est le cas par exemple de Paris Internationale et Asia Now, mais beaucoup ont proprement disparu. C’est le cas de Slick, une foire créée il y a une dizaine d’années, elle s’était choisi une nouvelle commissaire il y a quelques mois, Julie Crenn, qui donnait en juin une interview très enthousiaste sur la nouvelle direction que prendrait l'événement, résolument orienté vers la jeune scène française, mais la direction a finalement jeté l’éponge à la fin de l’été et la foire n’aura pas lieu. Les galeries traversent en effet une crise majeure, et les jeunes encore plus. De nombreux lieux qui devaient être représentés chez Slick ont fermé, ou ne peuvent se permettre d’exposer quoique ce soit, n’ayant conclu aucune vente depuis des mois. Parmi les petites foires qui donnaient à voir des galeries étrangères, de nombreuses ont vu refuser leurs propositions à cause de la menace terroriste. Bref la FIAC qui était jusque là le vaisseau amiral d’une flotte de petits événements dans lesquels on faisait parfois d’heureuses découvertes est désormais presque seul à flots. Est-ce que ce n’est pas une mauvaise nouvelle pour la création…

Intervenants
  • Journaliste au Journal des Arts
  • Maître de conférences en esthétique et sciences de l’art à l’Université de Nîmes et critique d'art
L'équipe
Production
Réalisation
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......