LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
l'affiche de Nymphomaniac vol.1 de Lars Von Trier

Interdit aux moins de 18 ans

9 min
À retrouver dans l'émission

Le Ministère de la Culture devrait dans les jours qui viennent passer un nouveau décret modifiant quelque peu les critères présidant à l'interdiction de certains films aux mineurs

l'affiche de Nymphomaniac vol.1 de Lars Von Trier
l'affiche de Nymphomaniac vol.1 de Lars Von Trier

Une petite réflexion inspirée par une tribune signée Hervé Bérard, ancien membre de la commission de classification des films et réalisateur le 17 janvier dernier dans Libération intitulée: “censure au cinéma: pas de clap de fin”. Il prend pour point de départ la décision du Conseil d’Etat le 13 janvier dernier de confirmer l’interdiction du film Antichrist de Lars Von Trier aux moins de 18 ans. Il commence très fort puisqu’il affirme “depuis une quinzaine d’années, le croisé de la pureté cinématographique André Bonnet, fondateur de l’association catholique extrémiste “Promouvoir”, dicte la façon dont on doit classifier les films en France”. Deux problèmes donc, que dénonce Hervé Bérard et qui sont intimement liés: la censure, en cause les interdictions aux moins de 18 ans de certains films, qui font qu’un très nombre de distributeurs et de salles renâclent à les programmer, et l’autocensure grandissante d’un cinéma “déjà normé et consensuel”. La tribune rappelle l’histoire de cette interdiction aux moins de 18 ans, instituée en 1961 par Michel Debré pour “sauvegarder la morale de la jeunesse en péril”, supprimée par Jack Lang elle fait finalement son retour en 2001, sous la forme de l’article 227-24 du code pénal. C’est Catherine Tasca qui est alors Ministre de la Culture, et cette décision intervient quelques mois après la polémique provoquée par la sortie du film de Virginie Despentes et Coralie Trinh Thi Baise-moi. Bérard déplore qu’il s’agisse d’un avertissement aux spectateurs mais aussi aux créateurs. Et de dénoncer le caractère pervers d’une censure qui assure aux films une “mort commerciale” certaine, les films affublés d’une telle interdiction sont peu distribués en salles, et surtout jamais diffusés à la télévision. De ce point de vue Nymphomaniac du même Lars Von Trier est un bon exemple, cofinancé par Arte mais jamais diffusé sur la chaîne. Aujourd’hui le Ministère de la Culture s’apprête à passer un nouveau décret modifiant les principes qui président à cette interdiction aux moins de dix-huit ans, et qui devrait remplacer l'expression “scènes de sexe non simulées” par “scènes de sexe” tout court, ce qui laissera selon Hervé Bérard plus de possibilités d’interprétation et donc de censure à la commission de classification du CNC. Tout le monde n’est pas d’accord sur les implications morales de ce nouveau décret et sur ses conséquences potentielles sur la distribution des films. Sur le site de BFM business, le journaliste Jamal Henni livre lui une interprétation totalement différente du texte, et s’inquiète à l’inverse que des scènes de sexe non simulé n’entraînent plus automatiquement d’interdiction aux mineurs. Là où les deux articles se rejoignent en revanche, c’est sur la manière dont ces dernières années la situation s’est tendue entre l’Etat d’une part, le cinéma, et certaines associations qui livrent jusqu’à l’acharnement des batailles juridiques contre certains films, notamment cette association qui s’appelle “Promouvoir”: elle existe depuis 1996, et ces deux dernières années, elle n’a jamais autant remporté de procès. Comment expliquez-vous un tel raidissement?

Intervenants
  • journaliste, critique de cinéma et de bandes dessinées, producteur de l'émission "Plan large" sur France Culture
  • Rédactrice en chef adjointe des Cahiers du cinéma
  • Chef du service culture de Libération
L'équipe
Production
Réalisation
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......