LE DIRECT
Le festival de musique électronique Tomorrowland en Belgique

Le métier de DJ

9 min
À retrouver dans l'émission

Il existe aujourd'hui en France un réseau d'écoles pour apprendre à être "platiniste".

Le festival de musique électronique Tomorrowland en Belgique
Le festival de musique électronique Tomorrowland en Belgique Crédits : JONAS ROOSENS / BELGA MAG / BELGA - AFP

Il y a quelques mois déjà je recevais un courrier m’informant du lancement à Nantes d’une école je cite de “DJ producteur” qui délivre un diplôme officiel, une école qui s'intègre dans un réseau d’établissements, “DJ Network”, dont le premier a ouvert à Cannes au milieu des années 90. Je cite la réclame: “mixer de la musique, apporter sa touche personnelle, composer sa musique, la produire, créer une programmation musicale qualitative, être capable de connaître et bien gérer son business: le métier de DJ s’étant professionnalisé, il est indispensable de suivre une formation qualifiante pour pouvoir s’imposer dans ce secteur. Le diplôme de “DJ producteur Musiques actuelles”, délivré par l’école DJ Network, est d’ailleurs officiellement reconnue par l’Etat”. (en l’occurrence, l’équivalent d’un BTS soit un niveau Bac 2).

On serait donc passé d’une pratique amateur à une pratique professionnelle, que le DJing s’apprend et qu’il doit donc être enseigné. On est loin de l’image des premiers DJs américains, qu’on voit par exemple dans Vynil, la série de Scorcese sur la production musicale dans les années soixante-dix: on y voit des jeunes Noirs-américains mixer dans des soirées souterraines authentiquement illégales, loin aussi des lycéens de la jeune French touch, qu’on voit dans Eden de Mia Hansen-Love, apprendre sur le tas en allant aux premières raves des années 90.

Etre DJ serait donc aujourd’hui un métier, ce que nous confirme le Figaro, dans un article paru le 12 décembre dernier et intitulé “profession DJ”, un article d’Olivier Nuc qui s’appuie justement sur ces écoles du réseau “DJ Network”. On y apprend qu’il a été fondé en 1994 par Jean-Pierre Goffi, ancien animateur radio, qui a constaté alors que la French Touch se déployait en France, que l’activité de DJ était une activité de l’ombre, amateur, et souhaité participer à lui donner son statut de musicien compositeur en lui donnant une formation reconnue.

Juste en dessous de l’article du Figaro il y a un petit portrait de Laurent Garnier- il a reçu il y a deux jours la légion d’honneur c’est dire si le DJing est devenu une institution. Laurent Garnier un des pionniers de la musique électronique, cinquante ans aujourd’hui, toujours actif et immensément admiré, il jouait par exemple il y a quelques semaine au "Weather Festival" à la Villette, on rappelle son parcours: ses premiers faits d’armes à Manchester dans les années 80, ses études à l’école hôtelière, il a été valet de pied auprès de l'ambassadeur de France en Grande-Bretagne, aucune formation musicale donc. Si le statut du disc-jockey est passé de celui d’ambianceur à celui de musicien, comment envisager sa formation?

Intervenants
L'équipe
Production
Réalisation

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......