LE DIRECT
la bibliothèque du Musée Guimet

Le Musée Guimet fait beaucoup avec trop peu

12 min
À retrouver dans l'émission

Sophie Makariou vient d'être renouvelée à son poste de directrice du Musée National des Arts Asiatiques - Guimet, et à cette occasion alerte sur le manque criants de moyens dont elle dispose.

la bibliothèque du Musée Guimet
la bibliothèque du Musée Guimet Crédits : GODONG / ROBERT HARDING HERITAGE / ROBERTHARDING - AFP

Vendredi 19 août dernier, la directrice du Musée Guimet Sophie Makariou a été reconduite pour un nouveau mandat de trois ans à la tête de cet établissement parisien qui possède une des plus grandes collections d’arts asiatiques au monde. Quelques jours plus tard elle a courageusement donné une interview au Monde pour alerter sur les conditions de vie ou plutôt de survie de son musée, qu’elle maintient avec énormément d’énergie mais trop peu de moyens. Pas de moyens pour revoir les scénographies qu’elle voudrait, un nombre de personnes dans l’administration totalement indigent, en dehors bien sûr du personnel dédié à la sécurité, là évidemment, pas d’économies. Mais sinon une seule secrétaire, personne pour revoir le site internet, qui aurait dû être rénové depuis des années. La situation est telle que Sophie Makariou doute de pouvoir rouvrir un des lieux du Musée, l’Hôtel d’Heidelbach consacré au Panthéon Bouddhique et qui est fermé pour des travaux qui n’avancent pas depuis mars dernier.

Le musée Guimet est donc le musée des arts asiatiques, et il est fort à parier, Sophie Makariou le laisse entendre, qu’il souffre d’une concurrence sérieuse, celle de son gros voisin le Musée du Quai Branly, qui trône à quelques encablures et accueille lui aussi des collections asiatiques. Pierre Moos, directeur “Le Parcours des mondes” qui vient de s’ouvrir à Saint Germain des Prés, remarquait dans le Journal des arts que Branly possédait un “passionnant département d’art asiatique”. De fait en volume la collection est presqu’aussi volumineuse. Pour se rendre compte de la différence, le Musée Guimet reçoit environ 4 millions d’aides de l’Etat, c’est dix fois plus pour son gros voisin. En proportion, la différence de fréquentation n’est pas si spectaculaire.

L’Etat a clairement choisi Branly comme musée “des cultures du monde”, sa domination dans les médias est écrasante en témoigne l’énorme publicité autour du re-baptême en juillet dernier du musée en “musée Chirac”, et de la visite de ce dernier, en grands pompes.

Comment concurrencer les musées monstre quand on est un musée spécialisé?

Petit détour mais qui a peut-être quelque chose à dire sur le sujet. Dimanche à Guimet c’était l’avant-dernier jour de l’exposition Araki, Araki est un grand photographe japonais, il a photographié notamment des femmes ligotées selon les rituels érotiques du Kinbaku. Devant une photographie soudain, une femme s’est installée, vêtue d’un kimono transparent entrouvert, une caméra vissée sur le front, elle s’est mise à dévorer une demie pastèque posée entre ses cuisses avant d’être évacuée par le personnel du musée. C’était en fait l’artiste Déborah de Robertis, une vidéaste et performeuse luxembourgeoise qui a déjà fait ce type de performances non autorisées notamment devant l’origine du Monde au musée d’Orsay en mai 2014.

La plupart des spectateurs rassemblés au musée l’ont applaudie alors qu’elle se faisait vider manu militari par le personnel de sécurité qui lui je rappelle n’a pas été réduit. Espérons que la publicité générée par cet évènement - ça n’a pas manqué évidemment, on en a parlé un peu partout de 20 minutes à LCI - bénéficie un peu au Musée Guimet…

Intervenants
  • Editor-at-large du mensuel The Art Newspaper édition française, critique d’art et journaliste à Paris Match, productrice de documentaires sur France-Culture, ancienne critique à La Dispute sur France Culture
  • Maître de conférences en esthétique et sciences de l’art à l’Université de Nîmes et critique d'art
L'équipe
Production
Réalisation

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......