LE DIRECT
La Grande Muraille

Matt Damon dans un film chinois

8 min
À retrouver dans l'émission

Le film La Grande Muraille, sorti en France cette semaine, scelle une union problématique entre les cinémas chinois et hollywoodien.

La Grande Muraille
La Grande Muraille Crédits : Universal Pictures International France

On ne va pas en parler dans l’émission, et ce n’est peut-être pas un mal, mais la grosse sortie de cette rentrée 2017, c’est La Grande Muraille, en anglais The Great Wall, je vous épargne le titre en chinois. Soit la première coproduction sino-américaine de l’histoire du cinéma, un film réalisé par Zhang Yimou et le premier rejeton d’une union qui s’est consolidée ces derniers mois, on en a déjà parlé ici. Un mariage de raison surtout, quand on sait que la Chine représente avec ses dizaines de milliers de salles un public immense, on comprend tous les intérêts d’Hollywood à se rapprocher de Pékin, quitte à faire d’importantes concessions. On ne sort pas en effet impunément un film en Chine, la censure est impitoyable, et aussi en ce qui concerne les films étrangers, et en dehors de quelques blockbusters américains, peu de productions non chinoises passent la grande muraille. Exemple, pour le film Seul sur mars, sorti en 2015, on avait été même jusqu’à retoucher un scénario adapté d’un roman, ajoutant au dénouement une heureuse initiative chinoise qui n’existait absolument pas dans le texte original, pour être sûr d’être diffusé en Chine. C’est encore Matt Damon qui est à l’affiche de La grande Muraille, décidément, peut-être existe-t-il un goût particulier en Chine pour Matt Damon, il incarne cette fois-ci un mercenaire peu scrupuleux, une sorte de Marco Polo britannique qui parcourt les steppes à la recherche de la poudre à canon, nous sommes donc dans une époque plus ou moins médiévale. Mais l’exigence historique de l’intrigue est assez lâche, et Matt Damon se heurte bien vite, et quand je dis vite, c’est au bout de cinq minutes, à un monstre terrifiant, le problème c’est que ce monstre a beaucoup beaucoup de congénères, et on apprend assez vite qu’en fait la Grande Muraille a été construite pour se protéger de ce fléau, contre lequel une armée chinoise se bat depuis des millénaires.

Le film est sorti en Chine avant Noël, les chiffres de fréquentation des très nombreuses salles qui le diffusent sont assez bons mais apparemment pas assez au goût des autorités qui ont ces dernières semaines sévi avec force sur les réseaux sociaux et les sites de critique cinéma pour inverser un discours peu élogieux. Le film n’est pas encore sorti de l’autre côté du mur, soit aux Etats-Unis, mais il a d’ores et déjà fait parler de lui, quand l’été dernier l’actrice Constance Wu a accusé la production d’avoir choisi un acteur blanc pour interpréter le héros d’une fiction chinoise. De nombreux journaux se sont fait l’écho de ce “whitewashing”, un phénomène dont on parle beaucoup en ce moment aux Etats-Unis, mais qui est ancien: il s’agit de confier à un acteur blanc un rôle dévolu un personnage issu de minorité, par exemple Marlon Brando grimé en asiatique dans La Petite maison de thé. De fait ce n’est pas vraiment le cas avec la Grande Muraille puisque Matt Damon n'interprète pas un Chinois mais un Anglais. On comprend cependant les accusations de racisme quand on voit le film, dans la mesure où c’est lui, alors qu’il débarque totalement en Chine, qui finit par sauver le pays et donc le monde alors qu’une gigantesque armée chinoise combat les monstres depuis des millénaires, je le rappelle. Pourquoi aujourd’hui, alors même qu’Hollywood pour des raisons financières évidentes s’ouvre à d’autres pays, une telle crispation sur ces questions identitaires?

Intervenants
  • Critique de cinéma
  • Chef du service culture de Libération
  • journaliste, critique de cinéma et de bandes dessinées, producteur de l'émission "Plan large" sur France Culture
L'équipe
Production
Réalisation

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......