LE DIRECT
A la conférence de presse le 8 mars dernier.

Merci encore patron!

10 min
À retrouver dans l'émission

Bernard Arnault a annoncé il y a quelques jours l'ouverture à l'horizon 2020 d'un nouveau lieu culturel dans le Bois de Boulogne.

A la conférence de presse le 8 mars dernier.
A la conférence de presse le 8 mars dernier. Crédits : CHRISTOPHE PETIT TESSON / POOL / AFP - AFP

Décidément pas une semaine ne passe sans que je vous parle du groupe de Bernard Arnault, on va finir par croire que je fais de la pub, mais non, l’actualité culturelle est bel et bien largement rythmée par les initiatives des grands mécènes privés. Dernière en date, l’annonce de la reprise par le groupe LVMH de l’ancien Musée des Arts et Traditions Populaires, situé dans le bois de Boulogne à Paris, non loin de la fondation Vuitton. Peut-être le Bois de Boulogne finira-t-il pas être rebaptisé Bois Vuitton, tant il va devenir un centre culturel important dans les années qui viennent.

L’annonce a été faite le 8 mars dernier en grandes pompes, en présence de la Maire Anne Hidalgo, des Ministres Audrey Azoulay et Ségolène Royal, du Président François Hollande, et du principal intéressé Bernard Arnault. Le lieu va être réhabilité par l’architecte Frank Gehry, qui a déjà signé la Fondation Vuitton, et devrait accueillir en 2020 un centre culturel baptisé “Maison LVMH - Arts Talents Patrimoine”, un nom assez fourre-tout pour un lieu dont j’avoue j’ai du mal à comprendre pour le moment la fonction. Le Figaro par exemple ne s’embarrasse pas de trop de curiosité et ne fournit pas grand renseignement, Le Parisien cite Bernard Arnault parlant de “start up d’un genre particulier”, et décrit deux salles, une grande qui pourra accueillir des concerts et des expositions d’oeuvres de très grand volume, une autre plus petite, mais aussi une académie des métiers d’art et des savoir faire, et un restaurant panoramique. Le tout évidemment privatisable à l’envi comme le précise un article des Echos, qui décortique les enjeux financiers du projet: LVMH s’est vu octroyer par la Ville de Paris une convention d’occupation du domaine pour 50 ans, moyennant une redevance annuelle de 150 000 euros; c’est une aubaine en l’occurrence car le bâtiment est en voie de dégradation, et la ville n’avait apparemment pas les moyens de le rénover seule. Un article du Monde s’intéresse à ce qu’était ce lieu, le Musée des Arts et Traditions Populaires, aussi nommé ATP, construit en 1972, un grand immeuble monolithique de huit étages dont l’architecture se situe à l’opposé absolu des courbes de Gehry, dessiné par Dubuisson, un disciple de Le Corbusier. Jusqu’en 2005 il accueillait des collections d’ethnologie, qui donnaient à voir la société française rurale et artisanale du 19e siècle, des collections qui ont été envoyées au MUCEM à Marseille après que l’Etat a décidé de fermer le musée, dont la fréquentation était passée de 200 000 dans les années 70 à 20 000 à peine dans les années 2000. Je cite l’article “l’Etat a tout simplement abandonné ce musée” qui tombe aujourd’hui en ruine. L’histoire est celle assez classique désormais, celle de frictions permanentes entre la Ville et le Ministère au sujet des sommes nécessaires pour sa rénovation, un conflit qui ne se résout finalement que grâce aux investissements d’un tiers, le grand mécène privé. L’article conclut en rappelant que cette annonce se fait dans le contexte d’une véritable course au mécénat culturel, François Pinault doit inaugurer fin 2018 à la Bourse du Commerce un lieu pour présenter ses collections, l’île Seguin accueillera en 2021 un pôle culturel grâce au collectionneur qui est à la tête promoteur immobilier Emerige Laurent Dumas. Un concurrence qui apparemment ravit la Mairie de Paris je cite “c’est à qui investira le plus...”.

Que faut-il penser de ce qui ressemble de plus en plus à une dessaisie par la Mairie de Paris des enjeux culturels au profit de la manne privée?

Intervenants
L'équipe
Production
Réalisation

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......