LE DIRECT
l'affiche du film de Claire Simon - Le Concours - 2017

Misère du cinéma français? Regard américain.

12 min
À retrouver dans l'émission

Le critique du New Yorker Richard Brody prend appui sur le film de Claire Simon "Le Concours" pour dénigrer le jeune cinéma français.

l'affiche du film de Claire Simon - Le Concours - 2017
l'affiche du film de Claire Simon - Le Concours - 2017

La semaine dernière Richard Brody, critique de cinéma au New Yorker a pris la plume comme souvent pour parler de cinéma français, à l’occasion d’un évènement qui se déroulait à New York, “Rendez-vous with French Cinema”, organisé tous les ans par Unifrance. Richard Brody venait de voir le film de Claire Simon Le Concours, et il n’était apparemment pas de très bonne humeur. Pour rappel Le Concours est un documentaire qui est sorti il y a quelques semaines, et qui suit les candidats au concours de la Fémis, l’école de cinéma publique la plus prestigieuse et la plus connue en France. Non que le documentaire ait déplu à Richard Brody, mais il l’a conduit à une conclusion terrible qui tombe comme un couperet dès la fin du premier paragraphe: “La France n’a pas engendré de grand cinéaste depuis trente ans”. Je donne la substance de l’article, Richard Brody ne prétend pas qu’il n’y a eu aucun bon film en trente ans, mais que les réalisateurs qui font un premier bon film ne confirment pas l’essai, et surtout que, encore jeunes, ils vieillissent à vitesse accélérée. La raison? Selon le critique elle est à trouver dans un système de financements et de production rigide, un système que le film de Claire Simon révèle bien. La Fémis en effet de par son histoire serait intimement liée à une politique du cinéma française volontariste, orientée vers l’exportation des films, qui a moins l’ambition de cultiver les talents artistiques de ses jeunes pousses que d’assurer une certaine production mainstream je cite, à même de résister aux assauts du cinéma américain. La célèbre école publique serait un lieu fondamentalement conservateur, dont le concours d’entrée révèle le caractère scolaire et étroit d’esprit. On sent dans l’article de Richard Brody de vrais regrets, presque de la tristesse, il faut rappeler que c’est un grand amateur de cinéma français, il a écrit beaucoup sur le cinéma de la Nouvelle Vague, et notamment sur Godard; on sent qu’il s’excuse presque de ce constat, et laisse quand même entrevoir la possibilité d’un changement fondamental et de l’éclosion d’un talent original - d’ailleurs il a écrit le lendemain même un papier très louangeur sur le dernier film de Bruno Dumont, Ma Loute - mais dans le fond la critique est sévère. Ce qui est étonnant surtout c’est qu’elle s’appuie sur des arguments peu étoffés et un peu primaires sur le système de financements publics qui étoufferait la créativité, au fond quelque chose d’une bataille éculée entre le vieux continent et l’école libérale américaine. Richard Brody ne cite aucun exemple, aucun film en dehors de ce documentaire de Claire Simon qu’il fait mine de prendre comme base théorique pour son propos, mais qu’il n’analyse pas vraiment. Alors qu’il y a à mon avis beaucoup de choses à dire sur ce que ce film révèle de la manière française de faire du cinéma, ou peut-être plus justement, de considérer le cinéma. Je ne vais pas vous demander de me citer à l’inverse les grands cinéastes français de ces trente dernières années, ce serait assez vain, mais selon vous que révèle cet article de la manière américaine de penser le cinéma français, et peut-être aussi comment vous expliquez l’articulation entre cette critique et le film de Claire Simon sur la Fémis?

Intervenants
  • Maître de conférences en esthétique et sciences de l’art à l’Université de Nîmes et critique d'art
  • journaliste, critique de cinéma et de bandes dessinées, producteur de l'émission "Plan large" sur France Culture
  • Journaliste, critique de cinéma et animateur de télévision et de radio
L'équipe
Production
Réalisation

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......