LE DIRECT
Lucienne Renaudin en 2016 aux Victoires de la Musique Classique

Trop de femmes dans la musique classique ?!

8 min
À retrouver dans l'émission

La parution du programme des Victoires de la Musique Classique fait couler de l'encre.

Lucienne Renaudin en 2016 aux Victoires de la Musique Classique
Lucienne Renaudin en 2016 aux Victoires de la Musique Classique Crédits : REMY GABALDA / AFP PHOTO / AFP - AFP

Il y a quelques jours a paru le programme des Victoires de la musique classique, dont la prochaine édition aura lieu dans deux semaines environ. Les listes des artistes nommés dans les différentes catégories sont donc parues, et là surprise : dans les catégories "révélations artistes lyriques" et "artistes lyriques", il n’y a que des femmes. Quelques heures après cette annonce a paru sur le site forumopera.com, un site extrêmement réactif et qui commente bien souvent très diligemment les différentes sorties et les programmes des grandes maisons d’opéra, un article intitulé “Victoires de la musique classique: où sont les hommes?”. Je cite son auteur Christophe Rizoud “ Avec, dans la compétition, une soprano (Raquel Camarinha) deux mezzos (Lea Desandre et Catherine Trottmann), l'édition 2017 n'est pas un modèle de parité (remarque également valable pour la catégorie « Artiste lyrique »)”. Quelques jours plus tard paraît dans le journal Le Figaro un article qui porte exactement le même titre. Mais où sont les hommes dans la musique classique? On a quand même envie de dire: partout, et cette histoire de “parité” avancée par Rizoud peut faire doucement rigoler au regards de siècles de domination masculine sur le milieu musical. D’ailleurs quand on examine l’intégralité de la liste des nommés pour cette compétition particulière, on constate que dans la catégorie "meilleur soliste", sont nommés le bassoniste Pascal Gallois et les pianistes Lucas Debargue et Adam Laloum, ou encore que dans la catégorie compositeurs, on trouve: Thierry Escaich, Bruno Mantovani et Martin Matalon et personne dans la presse pour demander “où sont les femmes?”. France Musique encore quelques jours après a publié un billet sur son site internet signé Guillaume Decalf et intitulé “On arrête tout, il y a trop de femmes dans la musique classique”. Il se moque gentiment de son collègue du Figaro, et lui rappelle, quand celui-ci avance que je cite « les chanteurs accèdent bien plus difficilement à la starification que leurs collègues féminines », que depuis 1986 aux Victoires de la musique, il y a eu 25 lauréats « soliste instrumental » masculins pour 5 femmes, 14 pour 9 dans la catégorie « Révélation, soliste instrumental » et, cerise sur le gâteau, pas une seule compositrice récompensée en 16 ans. En fait ce que ce programme entérine peut-être c’est une partition de la célébrité musicale en effet très genrée: le chant fait accéder les femmes à la célébrité et aux grandes salles, quand dans les autres domaines, et surtout la direction d’orchestres, la composition, la mise en scène, la direction de salles, la présence masculine est écrasante, alors même que les conservatoires sont peuplées de filles. Partition pas très vraie, on vient de parler de Lohengrin et de Jonas Kauffman, on ne peut pas dire que les grandes stars du chant masculine souffrent d’être beaucoup dans l’obscurité. Comment avez-vous regardé cette “polémique”?

Intervenants
L'équipe
Production
Réalisation

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......