LE DIRECT
Les Sex Pistols fans de foot

Angleterre : Foot et rock'n'roll

2 min

Derby britannique dans l'Euro 2016 cet après midi à Lens entre l'Angleterre et le Pays-de-Galles. Et au Royaume-Uni les rockers aiment le foot... Récit de Bruno Cadène.

Les Sex Pistols fans de foot
Les Sex Pistols fans de foot Crédits : Mario Anzuoni - Reuters

Traditionnellement on dit en Angleterre que pour des jeunes gars de la classe ouvrière, il y a deux moyens de prendre l'ascenseur social : le rock ou le foot.

Pas étonnant que les deux mondes soient si proche Outre-Manche.

Mais si aujourd'hui, les rockers anglais affichent spontanément leurs attaches footbalistiques, ce n'était pas forcement le cas dans les années 60.

Il y a deux clubs professionnels à Liverpool, le Liverpool FC et son voisin d'Everton qui se partagent les supporters. Par crainte d'en perdre la moitié, Brian Epstain, le manager des Beatles avait interdit à ses poulains de prendre partie publiquement. Ce qui avait fait dire à George Harrison, il y a deux clubs à Liverpool... on est pour l'autre...

Plus tard, la parole s'est libérée dans les années 70. Il arrivait à Robert Plant de sécher une répétition de Led Zepellin. Une histoire de sexe, drogue et rock'n'roll ? pas forcément. En fait le chanteur faisait le mur pour aller voir jouer son club de cœur, Wolverhampton lorsque les Wolves se déplaçaient à Londres.

Lorsqu'un groupe est originaire d'une ville avec deux clubs rivaux, c'est encore plus compliqué.

A Manchester, c'est terrible entre Manchester United et Manchester City.

Prenez Joy Division : Ian Curtis le chanteur était supporters de City, Peter Hook le bassiste fou de United.

Et Oasis alors... les frères Gallagher n'ont font pas mystère de leur amour de City... sauf que le guitariste Paul Arthurs dit Bonehaed est lui United pour la vie. A un journaliste qui lui demandait si c'était simple tous les jours, il avait d'ailleurs répondu : Vous savez dans les années 90 City était nul United au sommet, cela rendait les discussions plus courtes avec les frangins Gallagher.

A Sheffield, les trois quarts des membres d'Arctic Monkeys sont supporters de Sheffield Wednesday. Pour embêter le seul fan de Sheffield United, ils ont glissés des images subliminales de matchs de Wednesday dans des vidéos du groupe.

Mais c'est à Londres où cela devient très compliqué avec 14 clubs pros. Parlez en aux Sex Pistols déchirés entre Arsenal (John Lydon le chanteur), Chelsea (Steve Jones le guitariste et Paul Cook le batteur) et Queens Park Rangers (Glen Mattlock, le bassiste). The Cure, supporter de Queens Park Rangers et Reading, eux, refusent les concerts les soirs où joue l'Angleterre.

Et on ne plaisante pas, les Anglais disent : on a le droit de changer de femme, de religion, mais de club.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......