LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Une cité moderne écologique

Avez-vous déjà entendu parler du Green deal européen ?

3 min

Avant la crise sanitaire, l’Union européenne affichait l’ambition de mettre en œuvre un programme inédit de transformation écologique : le Green Deal. Les objectifs annoncés étaient ambitieux, quoique souffrant de plusieurs incohérences. Qu’en reste-t-il après 18 mois de crise sanitaire ?

Une cité moderne écologique
Une cité moderne écologique Crédits : Hildegarde - Getty

Green Deal est le nom d’un programme d’une ampleur inédite que la Commission européenne avait décidé de lancer juste avant le début de la pandémie de COVID 19, et qui vise à mettre l’Union Européenne sur la voie de la neutralité climatique d’ici 2050 et d’une économie dans laquelle la croissance économique serait dissociée de l’utilisation des ressources. Ce programme a été intitulé Green Deal en référence explicite au New Deal américain des années 30 mis en œuvre par Roosevelt en réponse à la Grande dépression, pour lutter contre le chômage et jeter les bases d’un Etat providence aux Etats-Unis. S'agit-il de quelque chose de vraiment nouveau ?

Les deux objectifs environnementaux affichés dans ce projet sont très ambitieux. Et si l’UE déployait les moyens et les réformes nécessaires pour les atteindre, le Green Deal pourrait marquer un tournant dans l’Histoire européenne, autour d’un programme écologique à la hauteur des enjeux civilisationnels auxquels nous faisons face.

Le contenu de ce Green Deal est-il à la hauteur de cette ambition ?

Avant même la crise sanitaire, le Green Deal souffrait déjà de cinq faiblesses structurelles : il consacrait une attention insuffisante aux enjeux sociaux et démocratiques qui risquent pourtant de conditionner la réussite d’un tel projet ; il révélait une vision encore très climato centrée de la crise environnementale avec une prise en compte bien trop lacunaire de l’effondrement de la biodiversité par exemple ; il témoignait d’une approche un peu naïve sur le progrès technique, notamment le potentiel transformateur lié à la digitalisation de nos économies ; il s’accompagnait de moyens financiers substantiels mais encore insuffisants et trop dépendants de l’investissement privé ; enfin, il comportait un exercice bienvenu, mais inachevé de mise en cohérence des politiques publiques et des instruments de gouvernance.

Malgré ces limites, ce Green Deal a déjà permis de lancer de nombreux chantiers au niveau européen qui ont le mérite de mettre les préoccupations environnementales au cœur de l’agenda politique et de donner un cap collectif assez clair aux Etats membres.

Après 18 mois de crise sanitaire, ce programme est-il toujours d’actualité ?

La crise économique a évidemment eu pour effet de recentrer l’ensemble des acteurs sur des priorités de très court terme et de contraindre durablement les ressources publiques. Malgré le contexte, la Commission européenne a fait pour l’instant le choix de tenir bon et de demander aux Etats de dédier un minimum de 37 % des dépenses de relance à la lutte contre le changement climatique, et de faire la démonstration d’une cohérence des plans nationaux de relance avec les plans énergie climat. Pour autant, le défi est loin d’être relevé…

L'intégralité de l'émission est à écouter dès mercredi à 14h55, en cliquant ICI, et sur l'antenne de France-Culture ou sur l'application Radio-France.

L'équipe
Production
Avec la collaboration de
Réalisation
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......