LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Une vieille dame tenant son porte-monnaie ouvert sur ses genoux

Combien y a-t-il de pauvres en France ?

4 min

Tenir un point de vue sur la pauvreté et sur son évolution commence souvent par fournir des chiffres. On dira, selon les dernières statistiques disponibles qu’il y a 9,3 millions de personnes pauvres en France.

Une vieille dame tenant son porte-monnaie ouvert sur ses genoux
Une vieille dame tenant son porte-monnaie ouvert sur ses genoux Crédits : Andrew Bret Wallis - Getty

Comment la statistique publique s’y prend-elle pour comptabiliser le nombre de personnes pauvres ? L’Insee part d’une notion de "niveau de vie" d’un ménage qui tient compte non seulement du revenu de ce ménage, mais aussi de sa composition. Le niveau de vie médian est en France de 1440 euros mensuels en 2018 pour une personne seule (malheureusement dernière date où les données définitives sont disponibles). Cela signifie que la moitié des Français avait un niveau de vie inférieur à 1440 euros par mois. 

L’Insee retient ensuite, par convention, comme partout dans l’Union européenne, 60% de ce niveau de vie médian - on est alors à 1063 euros -, et il dénombre les personnes ayant un niveau de vie sous ce seuil de 1063 euros. Les 9,3 millions auxquels on aboutit représentent 14,8% de l’ensemble de la population. Selon l’Insee d’ailleurs, ce taux de pauvreté monétaire est à son niveau le plus élevé depuis 20 ans en France.

D’autres mesures sont utilisées

L’une d’elles est ce qu’on appelle la pauvreté institutionnelle. Elle consiste à compter le nombre de bénéficiaires des minima sociaux (RSA, minimum vieillesse, AAH, ASS etc). La Direction de la recherche et des statistiques en santé et en social, la Drees, dénombre 4,2 millions d’allocataires de minima sociaux à comparer, donc, aux 9,3 millions de personnes pauvres… Compter les pauvres par ces données "administratives" fournit donc à la fois une image partielle de l’état de la société, mais aussi un reflet des moyens de lutte contre la pauvreté mis en œuvre par l’action publique. 

On constate ainsi que pauvreté monétaire et pauvreté institutionnelle ne se recouvrent pas, car les montants des minima sociaux sont de plus en plus déconnectés du seuil de pauvreté.  Par exemple, le RSA est fixé en 2018 à 550 euros, soit près de deux fois moins que le seuil de pauvreté monétaire. Le minimum vieillesse est fixé quant à lui à 833 euros, soit à peine trois quarts de ce même seuil… 

Pour tenir compte des multiples facettes de la pauvreté, un troisième indicateur existe. Il s’agit d’identifier les ménages qui font face à des restrictions dans leurs consommations, à des retards de paiement dans les factures, ou encore à des difficultés de logement. En 2019, ce que l’on appelle cette fois la pauvreté en condition de vie concernait 11,1 % des ménages. Enfin, des enquêtes d’opinion compléteront ce panorama et nous montreront que les statistiques constituent, si on croise les regards, des signaux forts, quoique contrastés selon le choix des indicateurs, sur l’état de la société. (…)

Cette chronique est à écouter dans son intégralité dès mardi à 14h55 en cliquant ICI, et sur l'antenne de France-Culture ou sur l'application Radio-France 

L'équipe
Production
Avec la collaboration de
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......