LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Tout travail mérite salaire

Pourquoi parle-t-on de société salariale ?

3 min

Le salariat, de condition indigne, est devenu désirable et synonyme de sécurité. Comment en est-on arrivé là ?

Tout travail mérite salaire
Tout travail mérite salaire Crédits : PM Images - Getty

Le salariat est un mode d’organisation du travail qui se caractérise par la subordination juridique du salarié envers un employeur : le premier loue sa force de travail au second contre une rémunération. Il est apparu avant le XIXème siècle sous des formes diverses, avant de devenir majoritaire sous le Second Empire. Au début du XIXème siècle, la France était en effet un pays à prédominance paysanne et rurale où les agriculteurs exploitants, les artisans et les petits commerçants formaient la majorité de la population au travail. C’est alors le contrat de louage prévu par le Code Civil qui régissait le rapport de celui qui louait sa force de travail avec l’employeur. Il s’agissait d’une condition méprisée, comme l’ont montré Henri Hatzfeld puis Robert Castel - la possession d’une petite propriété étant restée, pendant des décennies, l’idéal de la société française. Le véritable bouleversement va donc consister à passer de la sécurité fondée sur la propriété à la sécurité fondée sur le droit du travail.

En 1866, la moitié de la population active est salariée, en 1921, plus de 60%

En 1962, elle concerne pratiquement les trois quarts de la population active. Les années qui suivent la Seconde Guerre mondiale ont en effet vu la diminution radicale du nombre de paysans, le déclin des indépendants et l’explosion des catégories salariées non ouvrières : employés, professions intermédiaires et cadres. On parle donc depuis que la majorité de la population est salariée de société salariale. Aujourd’hui les salariés représentent environ 88% de l’emploi total.

Si le salariat est devenu une condition désirable, c’est parce que de nombreux droits ont peu à peu été attachés à ce statut

D’abord un ensemble de droits entourant l’exercice du travail - le droit du travail a pour vocation de protéger le salarié, en encadrant strictement le pouvoir de l’employeur au profit duquel le salarié travaille. En effet, le lien de subordination se caractérise par l’exécution d’un travail sous l’autorité d’un employeur qui a le pouvoir de donner des ordres et des directives, d’en contrôler l’exécution et de sanctionner les manquements. L’employeur doit respecter un certain nombre de règles - édictées notamment par le Code du travail mais aussi les conventions collectives - qui sont relatives à la durée du travail, aux congés, au salaire minimum, à la rupture du contrat…Il doit veiller à la santé et la sécurité de son salarié. Mais le salariat a également été le support de droits sociaux. L’employeur paye des cotisations sociales qui ont permis au cours du temps d’assurer les salariés contre les principaux risques sociaux, accident du travail et maladie professionnelle, famille, vieillesse, maladie, chômage. Un certain nombre de risques sont désormais couverts pour l’ensemble de la population.

S’il y a une zone grise entre salariat et non salariat, seuls deux statuts existent aujourd’hui : on est soit salarié soit indépendant 

Ce ne sont pas les personnes qui décident de leur statut, mais le juge s’il est saisi d’une demande de requalification. Depuis la fin des années 1990, le salariat est critiqué notamment par les employeurs qui trouvent les règles à respecter trop lourdes. (…)

L'émission est à écouter dans son intégralité dès mercredi à 14h55 en cliquant ICI, et sur l'antenne de France-Culture ou sur l'application Radio-France

L'équipe
Production
Avec la collaboration de
Réalisation
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......