LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Salle d'archives

Pourquoi faut-il défendre le "métier" d'historien ?

3 min
À retrouver dans l'émission

Aucun autre que Marc Bloch n'a réfléchi aussi intensément au "pourquoi du comment" en histoire. Ce qui en fait le premier sujet logique pour ce nouveau rendez-vous quotidien avec l'historien Gérard Noiriel.

Salle d'archives
Salle d'archives Crédits : Helen King - Getty

Le sous-titre initial d'Apologie pour l'histoire, le fameux essai de Marc Bloch était "Comment et pourquoi travaille un historien ?" La référence au "métier d'historien" - formule qui a été finalement choisie comme sous-titre de l'ouvrage - s'explique parce que Marc Bloch savait pertinemment que l'histoire est sans doute la forme de savoir la plus répandue dans la société. Tous les êtres humains ont une histoire et sont capables de la raconter. Il suffit de se rendre dans une salle d'archives pour constater l'engouement des Français pour la généalogie, motivée par le souci de retrouver des racines. 

Pourquoi cette pratique populaire de l'histoire a t-elle pu déboucher sur l'invention d'un métier ?

C'est à cette question que Marc Bloch s'efforce de répondre. Le contexte dramatique dans lequel il l'a écrit explique sans doute, pour une large part, ce souci de justification. En juin 1940, le maréchal Pétain a pris le pouvoir et renversé la République. La conception de l'histoire que Marc Bloch avait développée, avec Lucien Febvre, grâce aux Annales - la revue qu'ils avaient fondée en 1929 - est fortement menacée par le nouveau régime qui déteste les sciences sociales. 

L'Apologie pour l'histoire peut donc être lue comme un acte de résistance intellectuelle contre l'idéologie pétainiste, mais c'est aussi une manière pour Marc Bloch de défendre sa dignité et le sens qu'il a donné à sa vie alors que, engagé, en 1943, dans la résistance armée, et arrêté par la Gestapo en mars 44, torturé par Klaus Barbie et ses sbires à la prison de Montluc, il est fusillé le 16 juin aux côtés de vingt-sept autres résistants. (…)

Cette chronique est à écouter dans son intégralité en cliquant ICI, dès lundi à 9:55, ou du lundi au vendredi à 9:55 ou sur l'application de Radio France

L'équipe
Production
Réalisation
Avec la collaboration de
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......