LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
" No man's land ", à la nuit tombée

L’humanité est-elle à la croisée des chemins ?

3 min
À retrouver dans l'émission

"À l’humanité de choisir !" Mais qui est l’humanité, et comment pourrait-elle "choisir" par exemple la fin ou le salut du monde ? C’est une énigme à laquelle l’urgence présente impose de trouver une solution.

" No man's land ", à la nuit tombée
" No man's land ", à la nuit tombée Crédits : Guillaume Temin - Getty

"À l’humanité de choisir" : ainsi commence le dernier paragraphe du dernier grand texte du philosophe Henri Bergson, intitulé, Les deux sources de la morale et de la religion (1932), alors qu'il avait près de soixante-dix ans, dans cet entre-deux-guerres déjà terrible, et évoquait les grands choix de l’humanité d’aujourd’hui face aux catastrophes à venir, et inévitables. Mais qui est l’humanité et comment peut-elle " choisir " par exemple, la fin ou le salut du monde ? 

Bergson nous décrit, en 1932, une humanité déjà écrasée par les progrès techniques, et dans son ouvrage sur la morale ouverte ou fermée, la société close ou ouverte, il réfléchissait aussi sur la paix et sur la guerre. Aujourd'hui, en 2021, face aux enjeux historiques que l'humanité affronte sur toute la planète - cette étrange planète réfractaire - ne doit-on pas encore plus, se poser ces questions tout aussi étranges, comme si l'humanité était à la croisée des chemins, comme si l'humanité devait faire un choix ?

" Qu'est-ce qu'un choix pour l'humanité ? Qui est l'humanité " ?

Qui est l’humanité, et comment pourrait-elle "choisir" d'aller par exemple vers la fin du monde ou le salut de la planète, vers la guerre universelle ou vers un univers cosmopolitique ? Sont-ce là, des métaphores ? De la mauvaise rhétorique philosophique ?

Il y a en réalité des sens possibles à ce choix de l'humanité tout entière, mais ce sens, pour lui donner un contenu concret, il lui faut deux conditions ; d'abord, il suppose la formulation des alternatives - il lui faut de la philosophie, de l'histoire, de la science, comprendre que des actions sont possibles, et c'est la condition de tous les choix ; ensuite, il s'agit de construire les institutions - et cela ne se fait pas par des individus uniques seulement, comme même Bergson le croyait - ces institutions qu'on n'appelle pas seulement politiques, mais cosmopolitiques... (...) 

Cette chronique est à écouter dans son intégralité en cliquant ici, dès vendredi à 10:55, et sur notre antenne du lundi au vendredi à 10h55 ou sur l'application Radio France.

L'équipe
Production
Avec la collaboration de
Réalisation
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......