LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
La coexistence des humains se situe dans une nature conçue comme un cadre universel qu’il faut apprendre

Y a-t-il des éthiques naturelles ?

3 min
À retrouver dans l'émission

On a raison de se méfier des éthiques et aussi des politiques qui se réclament de la nature. N’est-ce pas le plus souvent pour imposer une norme culturelle ou idéologique ?

La coexistence des humains se situe dans une nature conçue comme un cadre universel qu’il faut apprendre
La coexistence des humains se situe dans une nature conçue comme un cadre universel qu’il faut apprendre Crédits : Getty

Cette idée de la nature comme une norme, un principe, orientant des choix éthiques suppose que nous la connaissions et qu’elle soit un fondement établi par les humains sans discussion possible. Or, la nature - objet d’une science - ne donne pas directement accès à une norme qui oriente les choix humains. Ces choix sont opposés en fonction des principes que les hommes se donnent pour les justifier. L’éthique relève de l’élaboration humaine des principes et la politique de la coexistence de principes opposés et différemment légitimes.

Le pluriel de ces éthiques qui se réclament de la nature nous invite à penser plutôt l’éthique et la politique comme des modalités humaines pour faire coexister des choix moraux, des conceptions morales. 

Dans les philosophies antiques, vivre selon la nature était un objet de controverses. S'ils étaient tous d’accord sur ce principe - dans l’Antiquité, la nature est un état des choses et une finalité - ils n’étaient pas d’accord sur le but. Par exemple, pour les épicuriens, vivre selon la nature repose sur le plaisir, tandis que pour les stoïciens, elle fonde la raison en nous qui nous arrache au corps.

Les anthropologues montrent que l’idée de nature est toujours prise dans des cultures. L’éthique et la politique consistent plutôt à faire coexister de manière équilibrée des conceptions différentes. Le critère ultime est plutôt dans la justice que dans une nature posée comme une norme a priori. Alors, ne peut-on rien garder de l’idée d’une éthique qui se rapporte à la nature ? (…) 

Cette chronique est à écouter dans son intégralité en cliquant ICI, dès mardi à 10:55, et sur notre antenne du lundi au vendredi à 10h55 ou sur l'application Radio France

L'équipe
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......