LE DIRECT
 Dessin extrait du volume 12 de la série Lastman, signée Bastien Vivès, Balak et Michaël Sanlaville (2019)

Dans le souffle de la Reine Iguane : la conclusion de Lastman

28 min
À retrouver dans l'émission

La série Lastman signée Bastien Vivès, Balak et Michaël Sanlaville, touche à sa fin avec la publication de son douzième et ultime volume. Retour sur la genèse du projet et les raisons de son succès, entre "manga à la française", et "projet trans-média".

 Dessin extrait du volume 12 de la série Lastman, signée Bastien Vivès, Balak et Michaël Sanlaville (2019)
Dessin extrait du volume 12 de la série Lastman, signée Bastien Vivès, Balak et Michaël Sanlaville (2019) Crédits : Casterman

Difficile de résumer les onze premiers tomes de Lastman, sans trop en dévoiler, mais on peut planter le décor : deux mondes parallèles, qui s'ignorent l'un et l'autre. D'un côté, la ville de Paxtown, qui ressemble à notre monde, avec une vision sévèrement dystopique où tout est régie par des cartels, en complicité avec la police et la justice, totalement corrompues. De l'autre côté, un monde médiéval et fantastique, beaucoup plus serein, qui s'appelle La Vallée des Rois, dirigée par le Roi Virgile, héritier d'une très longue dynastie. Et tout commence quand le personnage Richard Aldana, issu du premier monde, débarque dans le second et rencontre un petit garçon nommé Adrian. 

L'idée d'une fin n'existait pas. Cela a évolué au fur et à mesure, en confrontant deux mondes, en inversant les codes et les rôles. C'est l'envie de mettre nos personnages en action qui dirige le récit.
Michaël Sanlaville.

Pages 6 et 11, du volume 12, de la série Lastman de Bastien Vivès, Balak et Michaël Sanlaville (2019)
Pages 6 et 11, du volume 12, de la série Lastman de Bastien Vivès, Balak et Michaël Sanlaville (2019) Crédits : Casterman

Cette série en douze volumes est signée du trio Bastien Vivès, Balak et Michaël Sanlaville, tous les trois passionnés de manga, appartenant à ce que l'on appelle la "génération Club Dorothée". Lastman a par ailleurs souvent été présentés comme un "manga à la française", de par ce travail collectif, rapide et très productif. Plus qu'une bande dessinée, Lastman est devenu un projet "transmédia", en se transformant en série télévisée (réalisée par Jérémie Perrin), un journal, un spinoff en bande dessinée, ou encore un jeu vidéo.

Très vite, on a voulu écrire à 3, alors que dans la production japonaise, les tâches sont très réparties entre les mangakas. Dans la bande dessinée, il n'y a pas de mystère, il faut écrire et dessiner en même temps. On dessine et on écrit à trois, c'est la seule condition.
Bastien Vivès 

Pour revenir à la genèse de ce récit, et comprendre ce monde complexe, qui se situe entre action, émotion et humour, peuplé de multiples personnages aux caractères très dessinés, le Rayon BD reçoit les trois auteurs de Lastman : Bastien Vivès, Balak et Michaël Sanlaville.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

  • L'ultime numéro de Lastman, et tous les précédents, sont édités par Casterman.
  • La série animée Lastman est disponible en DVD et sur Netflix. 

Archives et extraits

  • Extrait de la série télévisée Dragon Ball
  • Moebius, au micro de Jean Daive, dans l'émission Peinture fraîche, sur France Culture en décembre 2007. 

Réécoute du 17 novembre 2019

Ce contenu fait partie de la sélection
Le Fil CultureUne sélection de l'actualité culturelle et des idées  Voir toute la sélection  
Intervenants
L'équipe

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......