LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Edwy Plenel

Fallait-il inviter Edwy Plenel dans « A voix nue » ?

6 min
À retrouver dans l'émission

Emmanuelle Daviet reçoit la directrice de France Culture, Sandrine Treiner.

Edwy Plenel
Edwy Plenel Crédits : Alain Denantes - Getty

Emmanuelle Daviet : « A voix nue » est une émission qui ne suscite jamais de critiques. Cette émission c’est un entretien à deux voix qui donne la parole à des artistes, des créateurs, des intellectuels qui livrent leurs réflexions au cours de cinq demi heures diffusées du lundi au vendredi à partir de 20h.
La semaine du 7 septembre, les auditeurs ont pu écouter les confidences du journaliste Edwy Plenel. Un choix qui les a fait réagir.
Voici le message d’une auditrice :

« Cette série d’émissions consacrées à Monsieur Plenel est tout à fait surprenante. Il n’est ni un philosophe, ni un scientifique ni un écrivain éminent. En tant que journaliste il a pris des positions très équivoques et choquantes. »
Pourquoi avoir consacré « A voix nue » à Edwy Plenel ?

Sandrine Treiner : C’est déjà arrivé qu' »A voix nue » suscite des polémiques, notamment lorsque nous avions reçu Jacques Séguéla pendant l’été…

Certes Edwy Plenel n’est pas un philosophe, il n’est pas un scientifique, mais il est un journaliste qui a incontestablement marqué notre temps, qui marque notre temps. Et depuis longtemps, du reste.

Il faut rappeler aux plus jeunes qu’Edwy Plenel a débuté au service police du journal Le Monde. Il a fait tomber un ministre, dans le cadre d’une affaire grave, celle de GreenPeace qui a révélé une autre affaire : l’affaire des Irlandais de Vincennes, un faux monté contre des jeunes gens à l’époque. Et on pourrait continuer comme cela jusqu’à la création de Médiapart. Quoi que l’on pense de l’engagement de ce média – qui du reste ne s’en cache pas -, Médiapart est une des très grandes réussites de la presse, et plus particulièrement de la presse en ligne. Le journal en ligne a aussi participé de la réinvention d’un modèle journalistique et économique. Edwy Plenel méritait donc que l’on s’attarde sur son parcours dans l’émission. On peut discuter de la manière de le faire mais je crois qu’il avait tout à fait sa place dans « A voix nue ».

Par ailleurs, c’est un ancien chroniqueur des Matins de France Culture, présenté alors par Marc Voinchet.

Emmanuelle Daviet : Outre le profil de l’invité ce qui motive ces courriels critiques c’est la date de diffusion de l’émission, message d’un auditeur :
« Est-ce vraiment le moment, en plein procès des attentats de janvier 2015, d’inviter ce personnage qui a tenu des propos tellement scandaleux après la tuerie de Charlie Hebdo ? Est-ce une provocation ou une simple bévue ? »

Sandrine Treiner : Je crois qu’il ne faut pas tout mélanger. En aucun cas, la diffusion de « A voix nue » n’a de rapport avec l’actuelle tenue du procès de Charlie Hebdo. D’ailleurs, il n’est pas question de Charlie et de ce sujet-là dans l’émission. Le procès de Charlie Hebdo est couvert par la rédaction de France Culture par la voix de Florence Sturm dans les journaux. Il a donné lieu à une excellente matinale il y a une quinzaine de jours. C’est un sujet que l’on traite en tant que tel, et les « A voix nue » consacrées à Edwy Plenel ne font pas un écho quelconque à Charlie.

Emmanuelle Daviet : Au-delà de l’invitation faite à Edwy Plenel, pouvez-vous nous indiquer ce qui détermine vos choix pour donner la parole à une personnalité ?

Sandrine Treiner : C’est une question de rencontres. « A voix nue » n’est pas une émission polémique ou de débat d’idées. « A voix nue » s’attarde à la vie et l’oeuvre d’une personne qui a marqué notre temps. Donc c’est une question de rencontres entre les deux voix et la programmation. C’est dans l’équilibre des semaines que se dessine un portrait du temps présent. Et nous veillons à respecter la parité femmes-hommes, et je voudrais remercier Daphné Abgrall qui travaille beaucoup avec moi sur « A voix nue » et qui veille à cela…

Intervenants
L'équipe
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......