LE DIRECT

Jean-Pierre Raffarin, ancien Premier Ministre (2002-2005)

55 min
À retrouver dans l'émission

Jean-Pierre Raffarin
Jean-Pierre Raffarin
Jean-Pierre Raffarin © RF / EG De toutes les erreurs politiques et les promesses non tenues de l'ancien Président Jacques Chirac, la plus incompréhensible - et la plus coûteuse peut-être - est d'avoir constitué en 2002 un gouvernement monocolore, 100 % à droite, alors qu'élu par une majorité d'électeurs de gauche, Jacques Chirac avait reçu de 82 % des électeurs Français le mandat de les réconcilier entre eux. « J'ai compris votre message » avait-il dit, en bon disciple du Général de Gaulle, au soir de son triomphe, juste avant de faire un parti unique, comme si la moitié, seulement, des Français avait voté pour lui... De fait, c'est au prix fort que Jacques Chirac paiera ce refus de l'ouverture, puisqu'en mai 2005, lors du « Raffarindum » sur le Traité Constitutionnel européen, les Français, furieux, puniront l'Europe entière en votant, d'abord, contre l'incurie d'un président qui, pour seule réponse, choisira de sacrifier son Premier Ministre. Manifestement, la leçon a été retenue par le nouveau Président de la République, Nicolas Sarkozy, qui, après avoir été élu, lui, sur un programme de droite et par une majorité de droite, s'attache pourtant, bizarrement, à construire un gouvernement « d'ouverture » où la gauche fait son entrée, dans des ministères clefs, avec des personnalités éminentes. Certains mauvais esprits y voient, à l'amorce des législatives, la dernière manoeuvre en date d'un homme qui, après avoir laminé le Front National, pulvérisé l'UDF, atomisé les chiraquiens, finit par faire exploser le Parti Socialiste. D'autres, plus bienveillants, y voient l'annonce d'une nouvelle façon de faire de la politique, plus attachée aux compétences qu'aux étiquettes ou aux amitiés, une volonté, en somme, de réunir toutes les forces au service de l'intérêt commun (ce qui ferait alors, à coup sûr, du président Sarkozy le très fidèle disciple de François Bayrou, qui était seul sur ce credo pendant la campagne). Alors, qu'en est-il ? Le gouvernement Fillon est-il un paquet de poudre aux yeux destiné à garantir une vague bleue aux législatives de juin, ou est-ce que ce gouvernement, contrairement à celui de Jean-Pierre Raffarin, tirant les leçons du mouvement initié par le candidat centriste, va durablement faire cohabiter des gens qui ne viennent pas du même bord ? **Raphaël Enthoven** **Vos questions, réactions et commentaires sont les bienvenus sur le FORUM de notre émission** .
Intervenants
L'équipe
Production
Réalisation
Avec la collaboration de

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......