LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

Patrick Braouezec, soutien de José Bové

55 min
À retrouver dans l'émission

Patrick Braouezec
Patrick Braouezec
Patrick Braouezec © RF / EG Comme le titre l'un de ses livres, **Patrick Braouezec** est vraiment un « drôle de coco ». Ancien instituteur, député communiste de la deuxième circonscription de la Seine Saint-Denis, ancien maire de Saint-Denis et président depuis 2005 de l'agglomération Plaine Commune qui réunit plusieurs villes comme la Courneuve ou Stains (et représente aujourd'hui près de 350 000 habitants), c'est notamment sous le mandat de Patrick Braouezec que s'est construit le Stade de France - le fameux SDF -, et sous son impulsion que les projets se multiplient à Saint-Denis, en particulier celui de la construction des studios de son ami Luc Besson, en lieu et place d'anciennes friches industrielles. Après le 21 avril 2002, il lui semble urgent de trouver une « alternative » à la planification et à la social-démocratie, une troisième voie, en somme, qui n'ait ni la rigidité du dogme étatiste, ni la flexibilité d'un mouvement social-démocrate, et c'est tout naturellement qu'il trouve dans la figure syncrétique, archaïque et progressiste, gauloise et libertaire, de **José Bové** , l'occasion d'imaginer un avenir nouveau, un avenir qui ne s'écrive pas au passé, qui ne ressemble à rien de ce qui l'a précédé... Pour autant, José Bové, l'Antigone moustachue qui donnait sa pleine mesure dans la contestation, l'homme qui rassemblait des foules considérables en se présentant comme le tribun d'un monde plus juste, peine aujourd'hui à convertir en voix le succès qui était le sien quand il se voulait hors du système. De même qu'un autre monde cesse d'être « possible » le jour où il advient, en s'infligeant l'épreuve difficile du suffrage universel, le « candidat rebelle », le symbole insoumis, l'homme de « l'insurrection électorale » n'est plus aujourd'hui qu'un petit candidat parmi d'autres. Dès lors, s'impose la question de savoir comment intégrer José Bové dans le système qu'il dénonce : comment être radical dans ses principes, et démocrate dans sa démarche ? Comment rester rebelle, comment continuer à pratiquer la « désobéissance civile » (expression que José Bové chérit entre toutes) quand on brigue les suffrages de tous les Français ? Est-ce qu'on peut être à la fois Robin des Bois et président de la République ? Bref, est-ce que la candidature de José Bové n'est pas une contradiction en elle-même ? **Raphaël Enthoven** **Vos questions, réactions et commentaires sont les bienvenus sur le FORUM de notre émission** .
Intervenants
L'équipe
Production
Réalisation
Avec la collaboration de
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......