LE DIRECT
Le président syrien Bachar Al-Assad interrogé par l'envoyée spéciale de franceinfo à Damas, le 9 janvier 2017

Fallait-il ou non diffuser l’interview de Bachar Al-Assad ?

6 min
À retrouver dans l'émission

Plusieurs auditeurs se sont étonnés que que France Culture ait diffusé l’interview de Bachar Al-Assad, réalisée par Alice Serrano. Frédéric Barreyre, directeur de la rédaction de France Culture répond aux auditeurs au micro du Médiateur, Bruno Denaes

Le président syrien Bachar Al-Assad interrogé par l'envoyée spéciale de franceinfo à Damas, le 9 janvier 2017
Le président syrien Bachar Al-Assad interrogé par l'envoyée spéciale de franceinfo à Damas, le 9 janvier 2017 Crédits : GILLES GALLINARO - Radio France

Que peut apporter cette interview ?

Bachar Al-Assad s’exprime très rarement. C'est une information importante. Les crimes commis en Syrie sont dénoncés dans les reportages diffusés sur France Culture ; mais dire et donner à entendre la réalité fait partie du travail du journaliste. Le travail d'Alice Serrano est très éclairant sur qui est réellement Bachar Al Assad

Les circonstances de l'interview

Peut-on réaliser l’interview d’un dictateur aussi librement que l’interview d’un dirigeant de pays démocratique ? non car le dictateur choisit le moment de l'interview. Mais Alice Serrano a recontextualisé l'entretien.

Ce type d'interview donne toujours lieu à des critiques, à des débats mais ce sujet terrible fournit de l'information. Bachar Al Assad fait sa propagande mais les journalistes le savent et ne tombent pas dans le piège.

Pourquoi employer le terme "rebelles"

« ce ne sont que des terroristes, affiliés à une myriade de groupes islamistes, dont certains ont prêté allégeance à Al-Quaïda ». Ce conflit est d’une grande complexité. Il n'est plus possible pour les journalistes de se rendre en Syrie côté rebelles ; c'est devenu trop dangereux car ces rebelles issus d'Al Qaïda commettent des exactions

« ce ne sont que des terroristes, affiliés à une myriade de groupes islamistes, dont certains ont prêté allégeance à Al-Quaïda ». Ce conflit est d’une grande complexité

Intervenants
L'équipe
Production
À venir dans ... secondes ...par......