LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Le maintien de l'ordre peut-il se passer de violence ?

La police trop violente ?

6 min
À retrouver dans l'émission

« Le maintien de l’ordre légitime-t-il certaines violences ? », s’interrogeait l’émission « Du grain à moudre » le 17 février dernier. Des auditeurs ont réagi, pour leur répondre, Hervé Gardette, le producteur de l’émission au micro du Médiateur des antennes

Le maintien de l'ordre peut-il se passer de violence ?
Le maintien de l'ordre peut-il se passer de violence ? Crédits : JEAN-PHILIPPE KSIAZEK - AFP

« C’était une émission à charge contre la police, estiment des auditeurs. Vous avez mis en avant des bavures – condamnables, mais rares -, et vous avez oublié les violences de plus en plus graves auxquelles sont confrontés les policiers et la société ».

Objectif de cette émission ?

Selon Hervé Gardette : Effectivement on a assisté à un débat clivé entre les invités. Le "CLUB des idées" a lieu le vendredi avec différents éditorialistes autour de ces questions : Qu'est-ce qu'une police ? Peut-elle utiliser la force ? On est là dans une émission de science politique qui permet de prendre de la distance.

Une auditrice, Jeanne, résume bien plusieurs messages reçus. Elle écrit : « « Je savais bien que ce serait tendu par moments », conclut Hervé Gardette. Je me demande bien pourquoi, dans ce cas, il invite une « chercheuse », comme Ludivine Bantigny, militante d’extrême-gauche, dont les interventions et l’agressivité, à l’abri de son badge scientifique, sont sans surprise ».

Cela participe de cette diversité au sein des débatteurs.

La confiance des français en la police

Des auditeurs, comme Benji, ont noté que, sur 4 invités, les trois universitaires ne relevaient que les aspects négatifs de la police, face à un Brice Couturier, journaliste, bien seul pour rappeler que 78% des Français avaient confiance dans leur police.

Des chercheurs loin du terrain et de ses réalités

Un autre auditeur, Thomas, s’amuse d’un aveu de Sylvain Kahn, professeur à Sciences Po, qui « dit connaître la banlieue en lisant des articles et en regardant le film de Jacques Audiard, Dheepan ».

C'était de l'auto-dérision de sa part.

Ainsi, plusieurs auditeurs ont noté qu’aucun intervenant n’avait évoqué ces banlieues de plus en plus rongées, voire pourries par le commerce de la drogue. Commerce qui induit une violence extrême pour les habitants et pour les policiers…

Cela fera l'objet d'une prochaine émission, nous dit Hervé Gardette.

De son côté, Ludivine Bantigny, historienne, maître de conférences à l’Université de Rouen, a souhaité répondre aux auditeurs l’ayant mis en cause :

« Je regrette que, parmi les nombreux messages reçus, seuls soient retenus dans ce billet les réactions à charge contre Sylvain Kahn et moi. Mais dont acte : je souhaite répondre à Jeanne. Vous entendez, Jeanne, mettre en cause ce que je suis, une chercheuse en sciences sociales et une historienne, au nom du fait que je tiens des propos engagés. Il me semble cependant que toute contribution, qu’elle émane de journalistes, d’éditorialistes, de chercheurs, de vous-même comme auditrice, est toujours engagée, toujours politique. Peut-être le percevez-vous davantage dans mes positions parce qu’elles sont moins souvent entendues dans les médias, malheureusement. Pour autant, je pense n’être ni agressive ni extrémiste : j’ai foi en une société plus juste, plus humaine et plus démocratique. C’est aussi pour permettre à cette sensibilité de s’exprimer qu’Hervé Gardette m’a conviée au « club » du Grain à moudre. J’essaie de le faire en mobilisant le fruit de ma formation et de mes travaux. Je ne crois pas beaucoup en la « neutralité » du savoir ; en revanche, je crois en l’intégrité de la démarche scientifique, comme dans la nécessité de l’articuler, posément et honnêtement, avec un engagement social, pratique et politique ».

Intervenants
  • Producteur de la chronique "La Transition" et de "Politique !" sur France Culture
L'équipe
Production
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......