LE DIRECT
Journée internationale des femmes

La place des femmes sur l’antenne de France Culture

6 min
À retrouver dans l'émission

Pour en parler, Sandrine Treiner, directrice de France Culture est au micro de la médiatrice, Emmanuelle Daviet

Journée internationale des femmes
Journée internationale des femmes Crédits : France Culture - Radio France

La place des femmes sur France Culture

Emmanuelle Daviet : Je vous lis le message d’Agnès et il va nous donner l’occasion, 3 jours avant la journée internationale des Droits des Femmes d’évoquer avec vous la place des femmes sur votre antenne. 

Voici le courriel de votre auditrice :  « J’écoute avec beaucoup d’intérêt la Compagnie des œuvres et en particulier la série intitulée Artistes et écrivaines malgré tout, évoquant le peu de place laissée aux artistes femmes et les femmes oubliées. C’est très bien d’avoir une série d’émissions dédiées à cet enjeu. Mais il serait encore mieux d’équilibrer vraiment la programmation de l’ensemble de vos émissions de la Compagnie des œuvres ainsi que d’autres émission comme A voix nue, etc. Je n’ai pas fait le décompte précis des émissions sur des hommes et sur des femmes, mais il me semble qu’il y a un important déséquilibre en faveur des hommes… N’y a-t-il pas moyens de suivre votre propre injonction à laisser plus de place aux femmes? Merci pour ces belles émissions (malgré le peu de place faites aux femmes dans votre programmation). »
Emmanuelle Daviet : Sandrine Treiner, est-il réellement possible dans les programmes d’équilibrer des sujets évoquant des Hommes ou des Femmes ?

Sandrine Treiner : Non, mais il y a une raison historique…Cette auditrice parle d’émission de type « patrimonial ». Si dans l’histoire des arts et de la culture il y avait une égalité entre les femmes et les hommes, alors il y aurait eu aussi cette égalité sur le terrain politique et sur le terrain économique. Cela raconte cette même histoire, cette logique globale, mise à jour notamment par les travaux de François Héritier. Mais nous venons d’un monde dominé par les hommes, y compris dans le champ de la culture. Si Matthieu Garrigou Lagrange fait des semaines de la sorte , où ce thème des « femmes oubliées de la culture », il parle de 4 personnes, c’est précisément pour mettre en relief ces femmes oubliées, en dépit du fait qu’il n’y a pas d’égalité dans le patrimoine de la culture entre les femmes et les hommes

Le respect de la parité des voix

Emmanuelle Daviet :  Je poursuis avec l’évocation d’un ouvrage, Dans son livre« Les coulisses de la Radio » le journaliste Gérard Courchelle raconte qu’au début des année 70, la nouvelle rédaction de France Culture comptait une douzaine de journalistes dont deux jeunes femmes : Laetitia de Warren, qui était présentatrice, et Hélène Cardin alors journaliste généraliste. Et lorsque Laetitia de Warren présentait le 19h30, la grande édition du soir, le rédacteur en chef Robert Ouest interdisait à Hélène Cardin d’y intervenir parce que/ disait-il/ et je le cite : « Deux voix féminines dans le même journal ce n’est pas crédible pour les auditeurs. » Cet homme intelligent, courtois, d’une rigueur journalistique extrême, écrit Gérard Courchelle, ne faisait qu’exprimer l’air du temps. Alors heureusement les choses ont bien changé depuis. Sur votre antenne, comment veillez-vous à respecter la parité des voix ? (parité journalistes Femmes / Hommes et des producteurs et productrices)

Sandrine Treiner : 51 % des journalistes sont des femmes à la rédaction de France Culture. Sur l’antenne de France Culture, si on additionne les productrices, les journalistes, nous sommes quasiment à parité. Cela prend du temps, car il ne s’agit pas seulement d’agir de manière autoritaire, il s’agit aussi de faire partager cette préoccupation et que chacune et chacun l’intègre dans son quotidien de sa vie professionnelle. Cela passe par des objectifs chiffrés. On est arrivé à la conclusion qu’il n’y avait pas d’autre manière de changer le monde. C’est parce qu’on les choses de manière volontariste, que chacun en prend l’habitude et ensuite on peut agir de manière plus conventionnelle.

Equilibre des invités ? 

Emmanuelle Daviet : Accordez-vous une importance particulière à l’équilibre de vos invités Hommes/Femmes ?

Sandrine Treiner : Tous les productrices et producteurs, les journalistes y attachent une importance tout à fait évidente. Parce que c’est performatif, on change le monde, en changeant ses voix et sa représentation car on vient d’un monde, quand on regarde les archives, il manquait des regards sur le monde; il faut que la diversité s’entende au micro de France Culture. Merci à toutes les équipes, car c’est un gros travail.

L'équipe

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......