LE DIRECT
La capitale chyrpriote, Nicosie, est toujours divisée par un mur de séparation.

Chypre : l'Europe face au mur

5 min
À retrouver dans l'émission

Quinze ans après son adhésion à l'Union européenne, Chypre reste le seul État membre à subir une occupation étrangère. Chypriotes grecs et Chypriotes turcs sont appelés aux urnes le 26 mai prochain. Ces élections européennes pourraient bien réserver des surprises pour les deux communautés.

La capitale chyrpriote, Nicosie, est toujours divisée par un mur de séparation.
La capitale chyrpriote, Nicosie, est toujours divisée par un mur de séparation. Crédits : Sean Gallup - Getty

Voilà quinze ans que Chypre a rejoint l'Union européenne mais en tant que territoire divisé. Depuis 1974, Chypre est séparé par une "ligne verte" , une ligne de démarcation longue de 180 kilomètres qui est sous contrôle des Nations unies. Seule la République de Chypre au sud est reconnue par la communauté internationale. La partie nord est occupée par l'armée turque et la République turque de Chypre du nord n'est reconnue par aucun pays, excepté Ankara. Les chypriotes turcs qui y vivent sont pourtant des citoyens européens, ils ont un passeport européen et le droit de vote aux élections européennes. Bien qu'ils soient 12 000 inscrits sur les listes électorales, seuls 1 700 électeurs se sont rendus aux urnes aux dernières élections. Il faut dire que voter pour la communauté chypriote turque n'est pas chose facile. Le scrutin n'est organisé que de l'autre côté de la ligne de démarcation en République de Chypre et les longues files d'attentes aux points de passage ont de quoi en dissuader plus d'un. D'autant que rares sont les candidats qui la représentent et s'il existe des listes chypriotes turques, elles n'ont aucune chance d'être élues. 

Chypre divisée
Chypre divisée Crédits : infographie - AFP

Cette année, la donne pourrait peut être changer. Pour la première fois de son histoire, la République de Chypre pourrait élire un eurodéputé chypriote turc. Le principal parti d'opposition de gauche, Akel, a en effet choisi Niyazi Kizilyürek comme tête de liste. Niyazi Kizilyürek n'est pas un candidat comme les autres. Il fut le premier Chypriote turc à enseigner du côté grec, ce qui était un exploit il y a vingt ans déjà. De nombreuses fois poussé à la démission, Niyazi Kizilyürek a résisté à la pression. Il est aujourd'hui doyen de la faculté de sciences humaines de l'université grecque de Chypre à Nicosie.  Ce qui n'est déjà pas banal quand on sait que Nicosie reste la seule capitale au monde encore divisée par un mur où seuls deux points de passage permettent depuis 2003 aux habitants de passer de l'autre côté. Pendant de longues années, Niyazi Kizilyürek devait prendre un vol d'Athènes vers Istanbul puis d'Istanbul vers l'aéroport de Chypre du nord pour rendre visite à sa famille dans la partie nord de l'île. 

Si aujourd'hui, la situation est un peu plus simple grâce aux neuf points de passage ouverts le long de la Ligne verte, les communications téléphoniques entre les deux parties de l’île ne fonctionnent toujours pas, aussi faut-il se procurer deux téléphones portables et deux numéros pour pouvoir se parler. Mais Niyazi Kizilyürek n'est pas homme à se décourager, il mène sa campagne aussi bien en grec dans le sud de l'île qu'en turc quand il va dans le nord. Ce que peu de candidats ont fait jusque là. Il milite depuis des années pour la réunification de l'île, pour une union fédérale bi-communautaire.

Niyazi Kizilyurek  sur un marché de Lefkosia dans la partie nord de l'île
Niyazi Kizilyurek sur un marché de Lefkosia dans la partie nord de l'île Crédits : Hakan Coban - Radio France

Chypre est un pays déchiré , on combat ici pour la paix. Il faut lutter contre tous les nationalismes. Les Chypriotes turcs forment aujourd'hui une communauté invisible dans l'Union européenne.        
Esra Aygin, journaliste chypriote turque et partisane de l'unité.

Une campagne électorale menée au delà des frontières ethniques et religieuses, c'est une lueur d'espoir de voir vivre les deux communautés en paix pour Esra Aygin. Cette journaliste chypriote turque et activiste au sein du mouvement #UniteCyprusNow estime que cette candidature est déjà un fait historique pour Chypre.   

Esra Aygin journaliste et activiste au sein du mouvement UniteCyprusNow
Esra Aygin journaliste et activiste au sein du mouvement UniteCyprusNow Crédits : Annabelle Grelier - Radio France

Pour la première fois de notre histoire, nous voyons des Chypriotes grecs et turcs travailler ensemble, faire campagne et soutenir le même candidat. Un candidat qui milite pour la réunification de Chypre, pour une union fédérale chypriote et pour la première fois ces gens font fi de leur différences ethniques, religieuses et même linguistiques, nous pouvons montrer au monde entier que c'est possible. 

Une île sous deux fuseaux horaires

Dans le sud et le nord, les deux parties de l'île ne vivent pas à la même heure. La République de Chypre applique l'heure d'été quand la partie nord  reste à l'heure d'hiver. Mais du côté du développement économique, les différences sont encore plus grandes. Depuis 2014, la République de Chypre a reçu plus de 850 millions d'euros de fonds européens, qui ont permis d'améliorer les infrastructures, les routes, les usines de traitements des eaux et de recyclage des déchets mais ce sont les investisseurs étrangers qui font tourner le pays.

Limassol station balnéaire et poumon économque de la République de Chypre
Limassol station balnéaire et poumon économque de la République de Chypre Crédits : Hutchinson - Getty

A Limassol, station balnéaire et poumon économique, les hôtels de luxe poussent comme des champignons. La Chine construit un casino géant, Dubaï et l'Allemagne exploitent le port et les touristes affluent. Si la cure d'austérité se fait encore sentir dans le quotidien des Chypriotes grecs, la croissance a repris et le développement est partout "mais pas pour les gens ordinaires" regrette Christos Tavridis, activiste dans une association de Droit au Logement. 

Christos Tavridis militant dans une association pour le Droit au Logement
Christos Tavridis militant dans une association pour le Droit au Logement Crédits : Annabelle Grelier - Radio France

La plupart des gens ont toujours du mal à boucler leurs fin de mois. Il y a même des sans abris maintenant, ce qui est un phénomène très nouveau à Chypre. Le développement est là mais il ne profite pas aux gens comme nous. Tous les prix ont augmenté et les salaires stagnent : 40% de mon salaire me sert à payer mon loyer et plus de 10% règle les factures d'eau et d'électricité qui sont très chères ici.        
Christos Tavridis, militant pour le droit au logement.

Le nord est géré par la "République turque de Chypre du Nord", une entité autoproclamée seulement reconnue par la Turquie, qui y a stationné plus de 30 000 militaires. Si Chypre est bien entrée dans l'Union européenne en 2004, partie nord comprise, cette dernière est dispensée d'appliquer l'acquis communautaire. De facto, la partie nord qui vit sous perfusion financière d'Ankara est en voie de "turquisation", une politique d'assimilation orchestrée par Erdogan et symbolisée par sa venue en 2018 pour l'inauguration de la grande mosquée Hala Sultan avec ses quatre minarets de 60 mètres de haut dans le nord de Nicosie. Sans chiffre de recensement officiel, on estime à plus d'un tiers la proportion de Turcs non chypriotes dans la partie nord qui compte environ 300 000 habitants, des Turcs provenant essentiellement d'Anatolie quand les Chypriotes turcs sont peu à peu écartés de tous les postes de décisions.

La mosquée Hala sultan à Haspolat , République Turque de Chypre du Nord
La mosquée Hala sultan à Haspolat , République Turque de Chypre du Nord Crédits : Matthieu Clavel - AFP

En pratique, les personnes ayant la nationalité chypriote peuvent circuler librement. Les Chypriotes turcs passent quotidiennement la Ligne verte pour travailler dans la partie grecque, où ils fournissent la main-d'œuvre à bon marché. Dans l'autre sens, ce sont plutôt les couches aisées de la population chypriote grecque qui se rendent au nord pour y faire du tourisme ou profiter de la vie nocturne. Le change entre l'euro et la livre turque y est favorable, les plages et les sites touristiques plus préservés et les casinos moins surveillés.

Chypre sera-t-elle un jour en paix ?

De par sa position géostratégique, véritable carrefour commercial entre l'orient et l'occident, Chypre a toujours attisé la convoitise. Au fil des siècles, elle s'est retrouvée sous tutelle ottomane, puis vénitienne, et même française à travers la famille des Lusignan et plus récemment britannique, elle en conserve d'ailleurs toujours aujourd'hui la conduite à gauche et deux bases militaires sur son territoire.  

En 1960, elle accède enfin à l'indépendance avant de sombrer très rapidement dans un conflit communautaire sanglant entre les nationalistes grecs et la minorité turque. Depuis, l’ONU comme l’Union européenne ont tenté à plusieurs reprises de trouver un accord de paix. En vain, malgré des négociations quasi permanentes, avec pas moins d'une quarantaine d'initiatives de paix' jusqu'en 2017 où la dernière tentative a achoppé sur la question du retrait des troupes turques de son territoire.  

L'Union européenne pourrait elle relancer les pourparlers de paix à Chypre ? Pour nombre d'observateurs, rien n'est moins sûr. Sevgul Uludag, journaliste d'investigation, travaille depuis plus de 20 ans uniquement sur le sort des milliers de personnes toujours portées disparues dans le conflit chypriote, la triste conséquence d’un nettoyage ethnique orchestré par la communauté grecque en 1963 suivi de l’invasion de Chypre par l’armée turque en 1974 qui a entraîné un second nettoyage ethnique, cette fois-ci, aux dépens de la majorité grecque. Sevgul Uludag ne ménage pas ses efforts pour rapprocher les deux communautés encore traumatisées par les atrocités qu'elles se sont infligées. Elle a ouvert une hotline pour recueillir des témoignages et reconstituer les faits, retrouver des corps pour identifier les victimes. Elle écrit leur histoire ensuite, permettant ainsi aux familles de faire leur deuil et aux Chypriotes de faire face à leur passé. Proposée au Prix Nobel de la Paix, elle n'est pas tendre avec l'Europe quand bien même cette dernière verse des fonds au Comité des personnes disparues.

L'Europe se contente de regarder, elle ne s'implique pas beaucoup pour ramener la paix ici. Chypre n'est pas un problème local mais international et maintenant, ces réserves de gaz suscitent beaucoup de convoitise qui défie la raison, je pense que cela n'apportera que du malheur sur cette île.

Une position géostratégique explosive.
Une position géostratégique explosive. Crédits : S.RAMIS/GHANDYSIDE,JFS/DMK/ABM/VL - AFP

La découverte ces dernières années de gigantesques gisements gaziers au large de Chypre a aiguisé les appétits des pays de la région. La République de Chypre a signé des contrats d’exploration avec des géants des hydrocarbures comme l’italien Eni, le français Total, l’américain ExxonMobil, Israël ou encore l'Egypte, qui a signé en 2018 un accord gazier incluant la construction d'un pipeline sous-marin. Mais Ankara s'oppose à toute exploration et exploitation de ces ressources gazières qui exclurait la République turque de Chypre du Nord. Malgré les mises en garde de Washington et de l'Union européenne, les autorités turques ont récemment annoncé leur intentions de mener des opérations de forage de gaz jusqu'en septembre et ont envoyé des bateaux sur une portion de la mer Méditerranée qui selon la Turquie déborde sur la zone économique exclusive de Chypre. Ces réserves gazières semblent aujourd'hui exacerber les mouvements nationalistes des deux côtés de la Ligne verte. Si les prochaines élections européennes pourraient voir élire le premier eurodéputé chypriote turc au Parlement Européen, elles feront sans doute venir également à Bruxelles le premier eurodéputé d’extrême droite chypriote grec.     

L'équipe

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......