LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Débat National sur la PAC à Poligny (Jura), le 6 octobre 2020

Débat sur la PAC : l'agriculture française à l'épreuve du consensus

4 min
À retrouver dans l'émission

Un débat public sur les enjeux de la prochaine Politique Agricole Commune est en cours en ce moment, dans une relative indifférence médiatique. Cela n'empêche pas le monde agricole d'y participer et de se soumettre à l'épreuve du regard et des propositions du public. Reportage dans le Jura.

Débat National sur la PAC à Poligny (Jura), le 6 octobre 2020
Débat National sur la PAC à Poligny (Jura), le 6 octobre 2020 Crédits : Anne-Laure Chouin - Radio France

Après avoir été suspendu pendant la crise sanitaire, il a repris dans un relatif silence médiatique : le débat public sur la PAC, la Politique Agricole Commune, qui a pour but de soumettre au ministère de l'agriculture une série de propositions issue des discussions entre citoyens et agriculteurs.

Ces propositions pourront être reprises dans le PSN, le Plan Stratégique National, c'est-à-dire la déclinaison française de la PAC que la France va soumettre à la Commission européenne. Ce débat public sur la future PAC est inédit : c'est la première fois que citoyens consommateurs et agriculteurs sont invités à se réunir ensemble pour en discuter. La Politique Agricole Commune dont la France est la première bénéficiaire, puisqu'elle reçoit à ce titre environ 9 milliards d'euros d'aides par an. 

Avec ce débat organisé par la Commission Nationale du Débat Public (CNDP), le monde agricole est pour la première fois directement confronté à l'élaboration de propositions en lien et avec le public non initié. Une discussion qui rend sceptique une partie du monde agricole, convaincue d'être victime d'"agribashing". Pour d'autres, cette discussion est plus que nécessaire : elle est indispensable, car c'est en commun que doit s'élaborer notre futur agricole et alimentaire.

Visite d'une exploitation à La Loye (Jura) avant la soirée consacrée au débat.
Visite d'une exploitation à La Loye (Jura) avant la soirée consacrée au débat. Crédits : Anne-Laure Chouin - Radio France

Dans le Jura, un débat apaisé

Après une longue interruption liée à la crise sanitaire, la série de débat imaginé par la CNDP a repris le 11 septembre dernier. En parallèle la Commission du débat avait réuni des citoyennes et des citoyens tirés au sort pour une assemblée délibérative (du 25 au 27 septembre dernier), qui a permis d'élaborer plusieurs propositions. Après Forcalquier, Saint-Lô ou Chalons en Champagne, c'est donc à Poligny que se tenait ce 6 octobre au soir un débat ayant pour thème : comment favoriser la transition vers l'agroécologie

Avant le débat, certains sont sceptiques, à l'image du président de la chambre d'agriculture du Jura, François Lavrue :

Écouter
1 min
"Je ne suis pas sûr que ce soit le bon niveau pour débattre des financements publics de l'agriculture, pour que les gens comprennent les problématiques de notre métier."

Beaucoup de gens jugent ce qu'on fait sans connaître. Ce soir, on va discuter d'un modèle, mais l'agriculture française est constituée de plusieurs modèles qu'il ne faut pas confronter à mon avis, car ils sont complémentaires.

Présents dans la salle, une large partie du monde agricole local : agriculteurs syndiqués, élus de la chambre d'agriculture, conseillers municipaux en charge de l'agriculture et membre de la DRAF, la direction régionale de l'agriculture et de la forêt. Mais aussi beaucoup de membres d'associations environnementalistes ou d'associations de consommateurs. Et enfin quelques étudiants intéressés par le sujet ou de jeunes adultes préoccupés par le futur de leur planète. Pour être efficace, une organisation au cordeau : un quart d'heure de présentation de la façon dont la PAC et sa partie "verte" fonctionnement" actuellement, puis place au débat, par groupe de 6 à 8 personnes, chargée d'imaginer 3 mesures que pourrait intégrer la future PAC et qui rendrait l'agriculture française plus résiliente. Les débats sont animés, parfois ils ne débouchent pas, mais le dialogue, lui, a bien lieu. 

Manon et Lucine, étudiantes à AgroParisTech et stagiaires dans le Jura, en font le compte-rendu :

Écouter
58 sec
"Il y a eu consensus sur certains sujets comme la préservation de productions locales"

Il y a eu pas mal d'opposition, mais je pense qu'on s'est entendu sur certains aspects, comme le soutien à certains productions et au produire local. Sur des sujets plus clivants comme les aides de la PAC à l'emploi ou à l'hectare, là, oui, il y avait des blocages.

A la fin des presque trois heures de débat, des propositions émergent, qui conviennent à tous. Elle tournent autour de la nécessité de soutenir financièrement, via la PAC, les systèmes agricoles vertueux qui font la part belle aux prairies permanentes ou au systèmes herbagers, et qui commercialisent localement. Pourquoi ne pas encourager aussi plusieurs fermes à travailler collectivement à l'échelle du territoire, dans le sens d'une autonomie alimentaire, énergétique et financière accrue, l'idée se fait jour également. Enfin, concernant la modulation des aides PAC en fonction du nombre d'emplois généré par une exploitation plutôt qu'en fonction de sa surface, un début de consensus apparaît également. 

Ilaria Casilio est l'organisatrice et la présidente de ce débat national sur l'agriculture :

Écouter
1 min
"C'est la première fopis qu'on ouvre ce débat à la société tout entière"

On considère que l'agriculture est au cœur des sujets contemporains, qu'elle concerne tout le monde et que les citoyens ont un avis sur l'agriculture et l'alimentation. Ce qui me marque moi, c'est l'écoute que les citoyens et les associations ont par rapport à l'agriculture. Il y a une grande bienveillance par rapport aux agriculteurs.

Pour aller plus loin

La vidéo d'explication de la Commission Nationale du Débat Public

Que fait la PAC et que pourrait faire la PAC pour aider à la transition écologique, c'est un dossier à retrouver également ci-dessous :

L'équipe
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......