LE DIRECT
Robert Biedroń, 42 ans, nouvel espoir pour la gauche polonaise, en meeting à Lublin, dernière grande ville polonaise avant l'Ukraine

Européennes 2019 : de nouveaux partis fleurissent en Pologne

4 min
À retrouver dans l'émission

Pour le scrutin de mai prochain, de nouvelles formations seront en lice en Pologne. Deux mouvements très à droite de l'échiquier mais aussi à gauche. Avec un phénomène politique : le parti Wiosna, Printemps, lancé par Robert Biedroń et qui se place en troisième position dans les sondages.

Robert Biedroń, 42 ans, nouvel espoir pour la gauche polonaise, en meeting à Lublin, dernière grande ville polonaise avant l'Ukraine
Robert Biedroń, 42 ans, nouvel espoir pour la gauche polonaise, en meeting à Lublin, dernière grande ville polonaise avant l'Ukraine Crédits : Marie-Pierre Vérot - Radio France

Bonsoir Lublin ! Robert Biedroń est en campagne à Lublin ce soir là, une ville universitaire au sud-est de Varsovie. Dans chacune des bourgades qu'il traverse, et il a entrepris de sillonner le pays, l'ancien député et maire, homosexuel déclaré, athée assumé, défenseur des droits des femmes et des minorités sexuelles fait salle comble dans une Pologne que l'on dit conservatrice et catholique.  

Les promesses s'enchaînent. 500 zlotys dès le premier enfant ! Des transports en commun gratuits en Europe pour les moins de 26 ans ! L'Etat de droit restauré ! La séparation de l'Eglise et de l'Etat ! La fin des centrales à charbon ! Le salaire et la retraite de base revalorisés ! Le droit à l'avortement. Comme un air de printemps radical souffle en Pologne.

C’est le premier parti depuis 30 ans qui fait de telles propositions et pour lequel cela vaut la peine de voter, explique une étudiante. Je sais que ce sera difficile et qu’il faut faire des compromis en politique mais malgré tout nous sommes décidés à le soutenir. Et ça vaut vraiment la peine de se mobiliser !

Et quand on demande à un homme plus âgé dans l'assistance ce qu'il estime le plus important dans le programme ?

Avant tout la séparation entre l’Eglise et l’Etat. L’Etat doit être laïc. Et puis l’égalité entre les citoyens.

Vous pensez qu’il a une chance ? 

Oui ! Il peut changer les choses. Mon plus grand rêve dans la vie, c’était que mes enfants grandissent sans le communisme dans une Pologne non communiste, sans comités du parti et c’est arrivé, donc c’est possible. Il faut croire en ses rêves.

Robert Biedroń ne dit pas autre chose :

J’ai fondé ce parti politique parce qu’enfin dans ce pays quelque chose doit changer ! La Pologne est le seul pays en Europe dont le Parlement ne compte aucune force politique qui soit une force de progrès. Ce n’est pas une situation normale. C’est dû au fait que durant 13 ans nous n’avons eu le choix qu’entre 2 camps : le PiS et la PO qui s’affrontent. Il faut mettre un terme à cette situation. Aucun de ces deux partis n’a de propositions progressistes comme l’égalité homme/femme, la protection de l’environnement, la séparation de l’église et de l’Etat… et c’est cette absence de proposition a ouvert le champ aux forces populistes 

Deux nouvelles formations à droite

A droite aussi, on a vu fleurir pour ces élections européennes deux formations qui jugent le PiS au pouvoir trop tendre sur certaines questions : le Mouvement Pologne Fair Play, ultra libéral, pourfendeur des bureaucrates bruxellois et Europe Véritable, qui entend revenir aux fondamentaux de l'Europe chrétienne. Son fondateur Miroslaw Piotrowski :

Ce que nous défendons, c’est avant tout le retour aux racines chrétiennes de l’Europe. Deuxièmement, c’est l’Europe des patries, des nations souveraines et troisièmement, nous sommes un parti qui défend les libertés des citoyens et il n’est pas normal que les citoyens en Pologne ou en France ne puissent plus acheter par exemple d’ampoules classiques de 40 watts ou que l’Union européenne impose des régulations sur les moteurs d’aspirateurs. Nous, nous voulons une Europe de liberté. 

Il fera de la figuration lors du scrutin de mai. Wiosna, en revanche, devrait faire son entrée au parlement européen. Les sondage créditent le Printemps de quelque 10% d'intentions de vote, après moins d'un mois d'existence. Certes, loin derrière le PiS au pouvoir et la Coalition hétéroclite formée autour de la plateforme civique (PO), le parti d'opposition, mais il grimpe et ambitionne d'être à tout le moins faiseur de roi dans quelques mois. 

Car ce sont les prochaines législatives que Robert Biedroń a en ligne de mire. Les européennes seront l'occasion de se compter. En cela, la Pologne est bien européenne : le scrutin de mai servira surtout de galop d'essai avant les échéances nationales de l'automne.    

L'équipe
Journaliste
Avec la collaboration de

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......