LE DIRECT
Stationné devant le musée d'histoire de l'immigration à Paris, le Good Chance Theater réunit migrants et public parisien le temps d'une représentation hebdomadaire.

Le Good Chance Theater, un théâtre itinérant par et pour les migrants

4 min

Depuis 2015, à l'initiative de deux dramaturges britanniques, un théâtre itinérant se déplace dans les camps de migrants afin de leur offrir un moyen d'expression par l'art et la culture. Installé dans la région parisienne depuis 2017, le Good Chance Theater suscite de plus en plus d'enthousiasme.

Stationné devant le musée d'histoire de l'immigration à Paris, le Good Chance Theater réunit migrants et public parisien le temps d'une représentation hebdomadaire.
Stationné devant le musée d'histoire de l'immigration à Paris, le Good Chance Theater réunit migrants et public parisien le temps d'une représentation hebdomadaire. Crédits : Cécile de Kervasdoué - Radio France

Le Good Chance est une idée de deux dramaturges britanniques, Joe Robertson et Joe Murphy, les "deux Joe" comme ils sont surnommés. Au départ, en 2015, ils cherchaient à écrire une pièce consacrée aux migrants mais en se documentant, ils vont voir plus grand : créer et animer un théâtre éphémère dans la Jungle de Calais, où des milliers d’exilés vivent dans l'attente d'un hypothétique départ vers l'Angleterre.

La jungle évacuée, ils repartent Outre-manche et développent leur projet avec ceux qui ont réussi à passer. Un projet qui est aujourd'hui une pièce de théâtre, intitulée The jungle, et qui fait parler d'elle dans la presse britannique avec une tournée dans les théâtres du West End de Londres et bientôt de New York. 

Un théâtre qui porte bien son nom

"Bonne chance", c'est la phrase que se passent les réfugiés entre eux. Une phrase bien courte. Bien souvent, ils n'ont pas l'habitude d'échanger ni d'exprimer ce qu'ils ressentent.

Nous dormons dans la rue, sous des ponts, derrière des portes. Les gens ne nous regardent même pas. Nous sommes à peine des animaux. Alors quand des britanniques sont venus nous voir et nous proposer de parler et d'oublier nos soucis en jouant... c'était un vrai bonheur. Cela nous redonne le plus important : l'espoir, un futur!        
Bachir, réfugié afghan. 

Bachir est un réfugié afghan, il est en France depuis 4 mois mais en passe d'être reconduit à la frontière vers l'Allemagne. Il parle 12 langues et souhaiterait maintenant devenir acteur.
Bachir est un réfugié afghan, il est en France depuis 4 mois mais en passe d'être reconduit à la frontière vers l'Allemagne. Il parle 12 langues et souhaiterait maintenant devenir acteur. Crédits : Cécile de Kervasdoué - Radio France

En France, le Good Chance Theater a suivi les migrants, en région parisienne. En 2017, il s'est installé provisoirement à Aubervilliers, puis s'est déplacé porte de la Chapelle à Paris, puis à l'été 2018 place des fêtes toujours à Paris. Cet automne, il est pour la première fois stationné devant une institution : le musée d'histoire de l'immigration, porte Dorée à paris. Pour les sept permanents qui animent l'aventure en France, via une association loi 1901, c'est tout un symbole.

Ici, sous la toile de ce théâtre, nous pouvons tout nous permettre. Nous avons la chance inouïe de toucher l'âme du public. Nous pouvons faire sentir aux Français notre existence, notre humanité. C'est indispensable. C'est comme en amour, si vous dites je t'aime à tout bout de champs, mais que votre aimé ne le sent pas, alors il n'y a pas d'amour. Vous voyez, ici nous faisons plus que du théâtre : nous inventons un autre monde.        
Jamil, réfugié turc de 29 ans.

Inverser le concept d'hospitalité

Deux dômes en toile blanche abritent un petit théâtre et son antichambre. Chaque après midi de la semaine, une trentaine de réfugiés venus de différents campements et centre d'hébergements de la capitale y suivent des ateliers. Chaque fois, ce sont des artistes intervenant bénévoles qui les dispensent. Cirque, improvisation, travail de masque, escrime de théâtre mais aussi, photographie, peinture, musique.

Alexandre Moisescot de la Compagnie Gérard Gérard est metteur en scène au Good Chance Theater en France.
Alexandre Moisescot de la Compagnie Gérard Gérard est metteur en scène au Good Chance Theater en France. Crédits : Cécile de Kervasdoué - Radio France

L'idée, c'est un ping-pong culturel. Nous ne sommes pas là pour dire : voici la culture, la vraie, celle de l'Occident, on vous la transmet! Ici, c'est un échange. Je montre le masque et en face, on me joue un chant en pachtoune. Je propose une improvisation sur la mort de Johnny et un autre me fera une danse de son pays. Cela crée quelque chose de magique.        
Alexandre Moisescot, le directeur artistique provisoire

Chaque samedi après midi, les ateliers de la semaine donnent lieu à une restitution gratuite auprès du public : le Good Show. Scénettes, musique, danse, textes écrits par les migrants, le spectacle est donné dans toutes les langues et le public en sort abasourdi.

Pour tout vous dire ce qui me surprend le plus, c'est de voir des migrants qui ont l'air heureux. Ce n'est pas une image habituel pour moi.        
Un spectateur du Good Chance Theater

Pas question pour autant, de se cantonner à de l'animation socioculturelle. Il s'agit de créer ensemble malgré les différences et les difficultés puisque bien des acteurs de ce théâtre provisoire sont dans des situations trop précaires pour pouvoir revenir le lendemain. Cela n’empêche pas de faire des projets. A l'instar de ce qui s'est construit en Grande Bretagne, une dizaine de réfugiés est en train de créer une troupe en France : La Troupe. Elle se produit cet automne dans des petits théâtres parisiens.

Un reportage de Cécile de Kervasdoué.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......